Éditions Glénat : 40 ans de best-sellers

Par la rédaction, le 04 septembre 2009

Pas de crise de la quarantaine pour les éditions Glénat. Au contraire, le 40e anniversaire arrive en même temps que l'inauguration de son nouveau siège, au couvent Sainte-Cécile, en plein coeur de Grenoble. L'occasion de revenir sur la stratégie de l'éditeur, numéro un de la bande dessinée en France et spécialiste des domaines de la montagne, la mer et la gastronomie. Vanessa Genin
Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Le mois de septembre sera chargé en événements pour les éditions Glénat. Le 17, l'éditeur grenoblois inaugure son nouveau siège au couvent Sainte-Cécile, en plein coeur historique de Grenoble. Et le 25, il fête ses 40 ans en invitant tous ses collaborateurs, les auteurs...




Couvent du XVIIesiècle

En effet, après plus de quatre ans de travaux, le nouveau siège est quasi opérationnel. Du coup, le personnel grenoblois a pris place dans cet édifice du XVIIesiècle restauré de façon à garder son authenticité. Une immense bibliothèque se trouve dans l'ancienne chapelle avec des milliers d'ouvrages publiés par Glénat par ordre chronologique. Une façon de visualiser le chemin parcouru en 40 ans et «de rendre hommage à tous les auteurs qui lui ont fait confiance: dessinateurs et scénaristes de bande dessinée, écrivains, journalistes, alpinistes, marins, grands voyageurs, scientifiques, sportifs ou chefs cuisiniers...» Avec plus de 20% du marché français, Glénat est d'abord connu pour son leadership dans le domaine de la bande dessinée en France. Il faut dire que depuis 1969, date à laquelle Jacques Glénat a créé la revue Les cahiers de la bande dessinée, l'éditeur a collectionné les best-sellers et les récompenses, notamment au festival de la BD à Angoulême. À commencer par le succès de Mafalda dès 1980, de Sambre en 1986 ou du Décalogue depuis 2001. En 1991, c'est la maison Vents d'Ouest, éditrice de Joe Bar Team et des oeuvres de Loisel, qui rejoint le groupe. À cette même époque, Glénat fait le (bon) choix stratégique de se lancer dans le manga japonais, alors inconnu des Français. Il publie ainsi Dragon Ball (vendu à plus de quinze millions d'exemplaires), Akira, Pokemon... La BD jeunesse n'est pas en reste avec la sortie de Titeuf en 1993 et qui sera adapté en dessin animé en 2001. Une valeur sûre encore aujourd'hui!




Montagne et patrimoine

Pour autant, Glénat ne se limite à l'édition de bandes dessinées. Il s'est aussi spécialisé dans les domaines de la montagne, de la mer, de la gastronomie et du patrimoine. Il a d'ailleurs racheté les éditions Didier Richard en 2004 pour renforcer l'univers de la montagne mais aussi les guides Franck en 2002 et collabore avec les éditions Atlas. En 2008, la revue L'Alpe dédiée aux cultures et patrimoines de l'arc alpin, a fêté ses dix ans. La maison d'édition vient en revanche de revendre Le Chasse-marée au groupe Ouest-France (voir p.16). Glénat prolonge en effet son savoir-faire en matière de contenus éditorial dans la presse, avec l'édition de magazines spécialisés dans la montagne et la bande dessinée. Fort du succès de certaines de ces publications, Glénat gère aussi une activité de licences et de droits dérivés qui couvre notamment la cession des droits à des éditeurs étrangers, à des supports presse et à destination de l'audiovisuel. Attaché à son Dauphiné natal, Jacques Glénat a toujours gardé le siège de la maison d'édition à Grenoble même si elle est aussi implantée en région parisienne. Au-delà des frontières, le groupe est présent au Bénélux, en Suisse et en Espagne et même au Québec.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture