Vosges

Agroalimentaire

Interview Thiriet : « Notre objectif est de fidéliser les clients qui ont découvert la marque pendant le confinement »

Entretien avec Christiane Bertoncini, directrice générale de Maison Thiriet

Propos recueillis par Philippe Bohlinger - 02 juillet 2020

Après avoir enregistré une progression de 50 à 60 % de son chiffre d'affaires pendant le confinement, le fabricant et distributeur de produits alimentaires surgelés Thiriet, basé à Éloyes dans les Vosges, s’attache aujourd'hui à maintenir les niveaux de ventes, notamment grâce au numérique.

Christiane Bertoncini, directrice générale de Maison Thiriet dans les Vosges
Christiane Bertoncini, directrice générale de Maison Thiriet, est à la tête d’un groupe de 3 000 salariés pour 400 millions d’euros de chiffre d'affaires. — Photo : © Maison Thiriet

En quoi le business modèle de Thiriet a-t-il constitué un atout pendant la pandémie ?

Christiane Bertoncini : La crise sanitaire a dévoilé l’envers du décor de la distribution. Les entreprises qui ont gagné des parts de marché sont celles qui ont pu s’appuyer sur leurs propres outils et sur leurs propres compétences. Dans le cas de notre groupe de 3 000 salariés pour 400 millions d’euros de chiffre d’affaires, le fait d’avoir une stratégie très intégrée, orientée uniquement sur le marché du surgelé, nous a permis de maîtriser notre supply-chain et de garantir un niveau de service continu à nos clients. La Maison Thiriet exploite en effet cinq plateformes logistiques en propre, nous disposons d’un atelier de fabrication à Éloyes (Vosges) et d’un atelier artisanal à Tournon-sur-Rhône (Ardèche), ainsi que de 90 centres de livraison à domicile et 180 magasins.

Comment vos ventes ont-elles évolué ces derniers mois ?

Christiane Bertoncini : En janvier et février 2020, les progressions de chiffre d’affaires dans nos magasins s’élevaient respectivement à +7 % et +15 %. Ces performances se sont accélérées lors de l’annonce du confinement. Nos ventes ont augmenté de 50 à 60 %, aussi bien en livraison à domicile qu’en magasin. Plusieurs raisons expliquent cette performance. La première trouve son sens dans les bienfaits des produits surgelés qui, par leur fraîcheur, leur praticité et leur conservation répondent aux préoccupations liées à la crise sanitaire. La deuxième réside dans notre politique de distribution optimisée sur l’ensemble canaux : livraison à domicile, consignes surgelées 24 heures sur 24, « click & collect » (préparation des commandes en ligne en moins d’une heure en magasin) etc. La troisième raison tient dans notre modèle familial, proche de nos équipes. Il nous a permis de maintenir la totalité de nos services durant la crise. À présent, notre objectif est clair : fidéliser les clients qui ont découvert notre marque et notre savoir-faire pendant cette période. Pour l’heure, le niveau de business généré en pleine épidémie ne diminue que très légèrement. C’est une très bonne nouvelle au regard des efforts fournis.

La livraison à domicile s’amplifie-t-elle dans l’après-Covid-19 ?

Christiane Bertoncini : Nous réalisons 70 % de notre chiffre d’affaires en livraison à domicile. Cette proportion est stable, car nos deux réseaux (magasins et livraisons à domicile) ont progressé dans les mêmes proportions durant la pandémie. Toutefois, la surprise est venue du numérique avec une part du chiffre d’affaires généré par internet supérieure à 30 % dans tous nos réseaux de distribution. Cette progression équivaut à trois fois la performance habituelle. La crise aura ainsi permis à nos clients habituels, mais aussi à tous nos nouveaux clients, de tester nos services dématérialisés.

Est-ce que la crise vous pousse à reconsidérer votre stratégie ?

Christiane Bertoncini : Notre stratégie à trois ans est ambitieuse. Elle s’inscrit dans une réflexion globale non contextuelle. La crise du Covid-19 a conforté nos orientations stratégiques et a contribué à les rendre encore plus légitimes. Les filières françaises, les circuits courts, l’exigence de nos cahiers des charges, nos engagements qualité, l’innovation dans nos services de distribution, sont autant de forces qui se sont avérées décisives.

Christiane Bertoncini, directrice générale de Maison Thiriet dans les Vosges
Christiane Bertoncini, directrice générale de Maison Thiriet, est à la tête d’un groupe de 3 000 salariés pour 400 millions d’euros de chiffre d'affaires. — Photo : © Maison Thiriet

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail