Grand Est

Automobile

PSA Trémery dévoile ses deux nouveaux moteurs essence et diesel

Par Ioanna Schimizzi, le 30 novembre 2017

En attendant la mise en production d’un moteur électrique, dont le lancement est prévu en 2019, le site PSA de Trémery (Moselle) a présenté en novembre deux nouveaux moteurs, essence et diesel. 165 millions d’euros ont été investis et une quarantaine de postes créés pour cette production. 

Moteurs de voiture sur une chaîne de production au sein de l'usine PSA de Tréméry, en Moselle.
La production en série des deux nouveaux moteurs sera lancée fin 2017 pour le diesel et début 2018 pour l’essence. — Photo : Ioanna Schimizzi

Après des mois de travaux et 165 millions d’euros investis, les premiers moteurs sont sortis des lignes de production sur le site PSA de Trémery en Moselle dans le courant du mois de novembre. Il s’agit d’un nouveau moteur essence, qui répond au nom de EB2DT, et le nouveau moteur diesel, qui se nomme pour sa part DV5R. Le pôle industriel PSA Trémery-Metz est le premier employeur privé de Moselle, avec environ 5.000 salariés, dont 3.500 à Trémery. Pour la sortie de ligne des premiers moteurs EB2DT et DV5R, le Préfet du Grand Est, Jean-Luc Marx, était notamment présent, tout comme Lila Merabet, vice-présidente du conseil régional. « La Région a participé à l’investissement pour ces deux nouveaux moteurs, à hauteur de neuf millions d’euros », précise Marc Bauden, le directeur du pôle industriel.

Montée en puissance de l’essence

Le site de Trémery avait obtenu la production des nouveaux moteurs EB2DT en mars 2015, « un signe de la volonté du groupe PSA de pérenniser l’usine », explique Marc Bauden, dont le poste était à l’époque occupé par Laurent Vergely. Sur les 165 millions d’euros investis, 125 ont été destinés à la recherche et développement, « les 40 millions d’euros restants sont allés à l’industrie. Nous avons embarqué de nouvelles techniques de montage. Pour le moteur essence, toutes les machines d’usinage et d’assemblage ont été modifiées, afin de pouvoir produire nos deux moteurs essence. Pour le moteur diesel, deux nouveaux centres d’usinage ont été installés. Toute l’implantation des cellules a été revue. » Les lancements en série des nouveaux moteurs DV5R et EB2DT sont prévus pour la fin de l’année et le début de l’année 2018. « Lorsque les lignes seront en pleine capacité, nous devrions atteindre 640 000 unités par an pour le moteur essence. Nous tenons compte de la baisse du diesel, le grand point d’interrogation pour les années à venir est la place que prendra l’électrique. Quel mix énergétique va exister dans l’automobile, et à quel rythme notre industrie va s’y engager ? Pour y répondre, il est très important que nous restions agiles. L’essence va continuer à augmenter ses capacités, le diesel devrait par la suite diminuer, et au global nos volumes devraient se stabiliser. »

Arrivée de l’électrique en 2019

Marc Bauden avait récemment confirmé que « l’usine de Trémery devrait dépasser les deux millions de moteurs produits (en 2018). La production devrait ensuite retomber à 1,8 million d’unités par an. » Le site a obtenu en mai 2016 la production d’un moteur électrique, dont le lancement est prévu en 2019. « Les premiers moyens devraient être installés dans un an », ajoute Marc Bauden lors de la visite de l’usine, montrant un espace vide prêt à être utiliser pour cette future production. « En 2019, le site de Trémery deviendra l’usine la plus diversifiée du groupe PSA avec des capacités à la fois en essence, en diesel et en électrique. » L’accent lors de la présentation des deux nouveaux moteurs a été également mis sur l’aspect environnemental. « Nous sommes en avance de deux à trois ans sur les normes qui entreront en vigueur. »

Créations de près de 40 postes

Pour y parvenir, chaque élément des moteurs a été repensé, notamment par la R&D du groupe, qui se situe en région parisienne. « Le downsizing vise à diminuer la taille du moteur pour en réduire son poids et sa cylindrée par rapport à un moteur classique, tout en offrant au conducteur des caractéristiques équivalentes. » Pour le moteur EB2DT, « nous avons mis en place un filtre à particules, qui permet de détruire 75 % des particules en nombre. La culasse est la pièce qui a subi le plus de modifications, tant au niveau de ses dimensions que des matières utilisées. » Pour le moteur DV5R, ce sont 80 % de pièces nouvelles qui ont été embarquées, entraînant de nouvelles techniques de montage. « D’importantes modifications ont été réalisées en termes de process. Il passe à 16 soupapes, contre 8 pour le précédent modèle, avec une capacité de 130 chevaux. Le DV5R devient le moteur diesel le plus compact, il emporte avec lui 200 brevets, il deviendra à terme le premier moteur diesel d’Europe, pouvant être installé sur tous les véhicules », appuie Marc Bauden. Dans le cadre du lancement de ces deux nouveaux moteurs, 39 postes ont été créés, 34 pour le EB2DT, 5 pour le DV5R.

Moteurs de voiture sur une chaîne de production au sein de l'usine PSA de Tréméry, en Moselle.
La production en série des deux nouveaux moteurs sera lancée fin 2017 pour le diesel et début 2018 pour l’essence. — Photo : Ioanna Schimizzi

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.