Nancy

e-commerce

Pour s'imposer dans la lingerie, Glamuse soigne l'expérience client

Par Jean-François Michel, le 28 mars 2019

Le site de e-commerce spécialisé dans la lingerie haut de gamme Glamuse.com veut consolider sa place de numéro 1 du secteur, avec un portefeuille de 150 000 clients et un chiffre d'affaires de 10 millions d'euros, en misant sur une logistique impeccablement huilée.

Toutes les commandes passées avant 16h30 sur le site glamuse.com sont traitées le jour même, soit environ deux heures plus tard que l'horaire limite des standards du e-commerce.
Toutes les commandes passées avant 16h30 sur le site glamuse.com sont traitées le jour même, soit environ deux heures plus tard que l'horaire limite des standards du e-commerce. — Photo : © Jean-François Michel

« Nous sommes au service d'une niche de marché, la lingerie haut de gamme. » Pionnier de l'Internet français, cofondateur de Boursorama en 1998, Patrice Legrand est aujourd'hui concentré sur un nouveau challenge entrepreneurial : développer Glamuse, un site de e-commerce spécialisé dans la lingerie, basé à Nancy et au Luxembourg.

Croissance à deux chiffres

La société vient de tripler sa capacité de stockage en investissant 1,5 million d'euros dans un entrepôt logistique de 2 000 m2, situé en banlieue de Nancy, à Vandoeuvre-lès-Nancy. Glamuse peut ainsi stocker de 150 000 à 200 000 références : « Nous sommes dimensionnés pour 5 ans », estime Patrice Legrand.

Glamuse, qui emploie 40 personnes, a bouclé l'exercice 2017 sur un chiffre d'affaires de 6,2 millions d'euros et a terminé 2018 sur 10 millions d'euros. Une trajectoire de croissance à deux chiffres, qui laisse son dirigeant de marbre : « Nous sommes encore un tout petit acteur dans le e-commerce. Ce qui m'intéresse vraiment, ce sont les chiffres de la semaine en cours », lâche Patrice Legrand, qui concède facilement que la revente de Boursorama à la Société Générale en 2002, pour un montant de 44 millions d'euros, lui a offert la « liberté ». Pas question pour autant de renier les fondamentaux économiques : la croissance de Glamuse est rentable, assure le dirigeant.

La lingerie, un marché de 3 milliards d'euros

Lancée en 2011 comme une filiale de Miss Numérique, site de vente de matériel photo et vidéo, que Patrice Legrand a aussi cofondé, Glamuse a vivoté pendant quelques années : « En 2014, il a fallu prendre une décision : soit on arrêtait tout, soit on développait le concept à fond. J'ai choisi la deuxième solution. »

Associé à Laetitia Monaco, une professionnelle de la mode, Patrice Legrand reprend le capital de Glamuse pour croquer une part des 3 milliards d'euros que pèse le marché de la lingerie en France. Si le marché est en baisse de 2 à 3% par an, Patrice Legrand et Laetitia Monaco font le pari du haut de gamme et de l'expérience client premium pour développer Glamuse.

Vente multi-marques

En coulisse, le site s'appuie sur une logistique impeccablement huilée. « Nous maîtrisons l'ensemble de la chaîne, ce qui nous permet par exemple de garantir la disponibilité des produits en temps réel sur le site. Nous pouvons ainsi expédier le jour-même les commandes passées jusqu'à 16h30, soit deux heures après les standards du e-commerce », détaille le cofondateur de Glamuse.

L'équipe de développeurs du site a lancé « la seule application mobile de vente de lingerie multi-marques », dévoile le cofondateur de Glamuse. Et sans avoir été traduit en anglais, le site réalise déjà 20 % de son activité à l'international, expédiant des colis dans 48 pays : « L'image de marque de la France dans le monde, en ce qui concerne le glamour et le luxe, est très porteuse », estime Patrice Legrand.

Le cofondateur de Glamuse préfère rester discret sur le panier moyen dépensé sur son site, ainsi que sur le taux de retour, mais revendique fièrement 150 000 clientes. « Il y a encore des barrières sociales qui empêchent certaines femmes de rentrer dans une boutique de lingerie haut de gamme », analyse Patrice Legrand. « Avec Glamuse, nous allons faire venir une nouvelle clientèle vers ces produits exceptionnels. »

Toutes les commandes passées avant 16h30 sur le site glamuse.com sont traitées le jour même, soit environ deux heures plus tard que l'horaire limite des standards du e-commerce.
Toutes les commandes passées avant 16h30 sur le site glamuse.com sont traitées le jour même, soit environ deux heures plus tard que l'horaire limite des standards du e-commerce. — Photo : © Jean-François Michel