Nancy

Industrie

Novacarb lance la concertation autour de son projet de sortie du charbon

Par Jean-François Michel, le 17 septembre 2020

Le producteur de carbonate et bicarbonate de soude Novacarb, basé à Laneuveville-devant-Nancy, en Meurthe-et-Moselle, finalise la dernière étape de sa transition énergétique, en partenariat avec Suez et Engie Solutions. Avant de lancer un projet à 100 millions d'euros, les industriels lancent une concertation.

Les six chaudières de l'usine Novacarb consomment jusqu'à 180 000 tonnes de charbon.
Les chaudières de l'usine Novacarb consomment jusqu'à 180 000 tonnes de charbon. — Photo : © Jean-François Michel

Filiale du groupe Seqens (CA : 1 Md€), Novacarb porte un projet baptisé Novasteam, en partenariat avec Suez et Engie Solutions, qui vise à construire une centrale de valorisation énergétique de déchets non recyclables, appelés CSR, pour combustible solide de récupération. Objectif : éteindre les chaudières à charbon en 2024.

Pour un budget total de 100 millions d’euros, la mise en service de Novasteam va nécessiter la construction d’une plateforme dédiée à la préparation des CSR : « Les installations seront similaires à ce qu’on peut trouver dans une plateforme de tri des déchets », précise Morgan Moriceau, chef de projets valorisation énergétique CSR chez Suez. À partir des déchets venus des entreprises et des collectivités, un premier tri permettra de récupérer et d’évacuer tout ce qui peut être recyclé, comme le bois, le carton ou les métaux. « Nous allons utiliser des déchets non recyclables et non dangereux », précise Morgan Moriceau. Une fois broyés, les CSR seront dirigés vers la chaudière pour y être brûlés. « L’installation permettra de valoriser 140 000 tonnes de CSR par an », précise Rémy Hermouet, directeur de projets industriels Grand Est d’Engie Solutions.

« Au final, nous allons gagner du temps. »

Imaginé dans une « logique de circuit court », le projet prévoit d’alimenter Novasteam en déchets venus du Grand Est, même « si la Lorraine reste notre cœur de cible. Nous savons que nous avons les flux de déchets qui permettront d’alimenter Novasteam. Actuellement, ces déchets qui deviendront des CSR sont dirigés dans trois centres de stockage lorrains », souligne Morgan Moriceau. Pour les équipes de Novacarb, il s’agit d’un retour « à une solution locale » : « Le territoire a des ressources, nous allons maîtriser la ressource pour nous fournir en énergie », estime Frédéric Louis, le directeur de l’usine Novacarb de la Madeleine.

Le permis de construire de Novasteam doit être déposé en janvier 2021 pour un démarrage des travaux en janvier 2022 et une mise en service comprise entre la fin 2023 et le début de 2024. D’ici là, Novacarb, Suez et Engie Solutions auront lancé une phase de concertation préalable, qui n’est pas obligatoire mais qui doit servir à lever les dernières réserves parmi la population des neuf communes concernées. Organisée du 22 septembre jusqu’au 30 octobre, cette concertation devra permettre de « sécuriser le processus, en écoutant les uns et les autres pour identifier les problématiques que nous pourrons rencontrer. Au final, nous allons gagner du temps », assure Rémy Hermouet.

Le site de la concertation : www.novasteam.fr

Les six chaudières de l'usine Novacarb consomment jusqu'à 180 000 tonnes de charbon.
Les chaudières de l'usine Novacarb consomment jusqu'à 180 000 tonnes de charbon. — Photo : © Jean-François Michel

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail