Moselle

Métallurgie

Nimesis Technology recherche des capitaux pour se déployer dans le spatial

Par Philippe Bohlinger, le 10 juin 2022

Nimesis Technology, la PME mosellane spécialiste des alliages à mémoire de forme prépare une levée de fonds en vue de déployer ses actionneurs intelligents sur le marché du spatial.

Alain Hautcoeur exploite les propriétés d’alliages capables de retrouver leur forme initiale sous l’effet de la chaleur.
Alain Hautcoeur exploite les propriétés d’alliages capables de retrouver leur forme initiale sous l’effet de la chaleur. — Photo : Philippe Bohlinger

Les alliages à mémoire de forme ouvrent l’univers du spatial à Nimesis Technology. Ces matériaux capables de retrouver leur forme initiale sous l’effet de la chaleur n’ont plus aucun secret pour cette PME de 23 salariés (900 000 euros de chiffre d’affaires en 2021) installée à Mécleuves (Moselle), au sud de Metz.

L’entreprise fondée en 2008 par Alain Hautcoeur, 55 ans, a commencé à exploiter les propriétés des alliages pour la chirurgie mini-invasive. À partir de ces alliages de cuivre, aluminium, nickel et/ou titane, elle a mis au point des produits "superélastiques" : stents, agrafes orthopédiques, etc. Mais c’est aujourd’hui sur les marchés du spatial, de l’aéronautique et de la défense que la société fonde sa croissance. Pour se positionner au plus près de son marché cible, elle a ouvert un bureau à Montpellier.

En route pour une lune de Mars

La mission japonaise MMX (Martian Moons Exploration), prévue pour s’envoler en 2024 en direction d’une lune de la planète Mars, embarquera une de ses technologies. Le déploiement des panneaux solaires du rover d’exploration sera assuré par un actionneur intelligent conçu et fabriqué par Nimesis Technology. Le mécanisme occupe un minimum d’espace, affiche un poids réduit et mobilise peu d’énergie. "La barre en alliage est déformée. Elle va retrouver sa forme initiale sous l’action d’un système de chauffe par impulsions électriques. Cela entraînera le déploiement du panneau solaire", explique Alain Hautcoeur. Les capacités de ces actionneurs sont impressionnantes. Un modèle de quelques grammes est capable de mettre en mouvement une charge de plus de 100 kg.

Dans le domaine du spatial, les collaborations de Nimesis Technology sont multiples : Centre national d’études spatiales, Agence spatiale européenne, Thales, Airbus Defence and Space, etc. Elle planche enfin avec le haut-garonnais Comat sur un actionneur rapide permettant la séparation des étages du lanceur d’une fusée.

Premiers pas en laboratoire

Ces innovations sont le résultat d’un transfert de technologie du laboratoire en sciences des matériaux LEM3 de Metz (CNRS, Université de Lorraine, Arts et Métiers). Alain Hautcoeur y a été ingénieur d’études après sa formation à l’École nationale des ingénieurs de Metz. "Je voulais faire sortir du laboratoire ces matériaux métalliques dotés de propriétés thermomécaniques particulières", explique-t-il. Les projets ne manquent pas. Nimesis Technology planche, dans le cadre d’un projet accompagné par l’Ademe, sur un système de détection d’incendie autonome capable de transmettre un signal par satellite en cas de détection de chaleur.

"Avant, nous disposions de matériaux dotés de caractéristiques thermomécaniques difficiles à exploiter, aujourd’hui nous avons des produits finis", plaide le dirigeant. Afin d’asseoir sa position et gagner des parts de marché en Europe dans le spatial, la société prépare une levée de fonds de 1 à 5 millions d’euros, à laquelle le Fonds européen d’investissement devrait être associé. Soutenue par Bpifrance, lauréate en 2020 de l’accélérateur européen EIC Accelerator, l’entreprise est accompagnée au capital par les investisseurs régionaux Alsace Business Angels et Yeast.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition