Services

Mobicoop lève 800 000 euros pour promouvoir le covoiturage solidaire

Par Philippe Bohlinger, le 04 mai 2022

La levée de fonds conclue auprès de la Banque des Territoires, de la Macif et de CG Scop permet à la société coopérative Mobicoop, née à Nancy et désormais basée dans le Tarn-et-Garonne, d’organiser la montée en puissance de ses services de covoiturage solidaire.

La société coopérative née à Nancy compte étendre ses services présentés comme une alternative au modèle payant de Blablacar.
La société coopérative née à Nancy compte étendre ses services présentés comme une alternative au modèle payant de Blablacar. — Photo : Mobicoop

La hausse des prix des carburants ouvre de nouveaux horizons au modèle de covoiturage solidaire promu par Mobicoop. En vue de poursuivre sa croissance, cette société coopérative née à Nancy (Meurthe-et-Moselle) a bouclé une levée de fonds de 800 000 euros auprès de la Banque des Territoires, de Macif Innovation et de la Confédération générale des Scop (CG Scop) via son fonds d’investissement Socoden.

L’entreprise de 30 salariés (1,2 million d’euros de chiffre d’affaires en 2021) planchait depuis plusieurs mois sur cette opération. Les perspectives de sortie de la pandémie ont permis à ses cofondateurs, Bastien Sibille et Matthieu Jacquot, de la finaliser. Mobicoop compte ainsi étendre ses services, présentés comme une alternative au modèle payant du français Blablacar. Trois commerciaux devraient être recrutés prochainement.

Mobicoop assure la mise en relation de 500 000 conducteurs et passagers partout en France sans prélever de commission. Par comparaison, les frais de services peuvent avoisiner jusqu’à 30 % du prix du trajet pour son célèbre concurrent français. La société coopérative joue par ailleurs la carte d’un modèle alternatif fondé sur le respect des données personnelles de ses utilisateurs. Ce modèle innovant se décline au travers d’une plateforme nationale, mais aussi de solutions de covoiturage et d’auto-stop développées en marque blanche pour les collectivités territoriales. La levée de fonds s’inscrit dans le contexte de la fusion, en juillet 2021, de Mobicoop avec la société coopérative Rezo Pouce (Tarn-et-Garonne), premier réseau d’auto-stop organisé en France.

Répondre à la fracture sociale

"Avec Rezo Pouce, nous partagions un même modèle, celui de société coopérative d’intérêt collectif (Scic) et des positionnements complémentaires. Rezo Pouce est historiquement implanté dans le Sud-Ouest, où Mobicoop est peu présent, et propose des services de covoiturage spontané, sans outils numériques", analyse Matthieu Jacquot, directeur général de Mobicoop.

La levée de fonds vise également à répondre aux besoins grandissants en matière de mobilité dans les zones rurales ou périurbaines. Pierre Aubouin, directeur du pôle "infrastructures et mobilité" à la direction de l’investissement de la Banque des Territoires, estime qu’avec son offre de mobilité partagée proposée aux collectivités, y compris en milieu rural et peu dense, "Mobicoop s’intègre pleinement à la stratégie de lutte contre la fracture territoriale menée par la Banque des Territoires".

Mobicoop est né en 2018 de la fusion entre Covivo, une société coopérative nancéienne spécialiste des services de covoiturage à destination des entreprises et collectivités, et d’une petite plateforme associative, Covoiturage libre, créée en réaction au passage au mode payant de Blablacar. "Cette levée de fonds auprès d’acteurs qui comptent chez les collectivités territoriales et des particuliers, confirme que notre intuition de départ était la bonne", se félicite Matthieu Jacquot.

L’entreprise, qui totalise 1 170 sociétaires, a déménagé son siège social à Castelsarrasin (Tarn-et-Garonne), mais conserve un établissement secondaire à Nancy.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition