Moselle

Réseaux économiques

Medef Moselle : un nouveau nom et un nouveau patron

Par Jonathan Nenich, le 21 juin 2018

Jean Poulallion, président de Metzger, vient d'être élu à la présidence de l'Union des Entreprises 57 (ex Medef Moselle). Le nouveau conseil d'administration a fait de l'employabilité en Moselle sa feuille de route principale. 

Jean Poulallion, patron de l'entreprise Metzger spécialisée dans la fabrication de vérandas et pergolas et président de l'UE 57 (ex Medef Moselle).
Jean Poulallion, patron de l'entreprise Metzger spécialisée dans la fabrication de vérandas et pergolas et président de l'UE 57 (ex Medef Moselle). — Photo : Jonathan Nenich

Le nom Medef Moselle n’existe plus. Dorénavant, le mouvement devient l’Union des Entreprises 57 (UE 57). Un changement de nom, décidé lors de l’assemblée générale du 19 juin, qui s’accompagne d’une refonte de l’organisation en interne. Jean Poulallion, président de Metzger, succède à Paul Arker à la présidence de l’UE 57, et trente dirigeants en activité composent le conseil d’administration. Tous, et c'est une nouveauté sont des chefs d'entreprise en activité, ce qui permet de gagner en légitimité pour s'adresser aux chefs d'entreprise, puisqu'ils connaissent les enjeux de la fonction. Stéphane Lehning, président de l’entreprise du même nom incarne cette nouvelle génération de patrons en devenant premier vice-président de l’UE 57. André Bousser, président de la société AB Serve à Woippy et Joseph Parrilla, gérant de la société JFA associés à Thionville ont aussi été élus vice-présidents. Laetitia Burckhart, gérante de la société Impretex à Marly est trésorière et Gérard Pakary reste le délégué général de l'UE 57.

« 70 % des structures qui adhèrent à l’UE 57 ont moins de 50 salariés »

La nouvelle appellation a aussi pour vocation de rappeler à tous que le mouvement dispose d’un ancrage local profond avec son identité propre, qu’il est autonome, auto-finance son budget de 600 000 € par an et surtout, est ouvert à toutes les entreprises de Moselle et pas seulement aux plus importantes. « 2 500 entreprises adhèrent à notre mouvement. Parmi elles, 70 % sont des structures de moins de 50 salariés. On a toujours été ouvert à tous, sans limité d'âge, ni d'importance. Aujourd'hui, on aimerait que ça se sache », poursuit Gérard Pakary.

« Je suis persuadé que les jeunes ont tout à inventer. Nous mettons nos compétences à leur service »

L’Union des Entreprises 57 poursuit sa mission d’accompagnement auprès des chefs d’entreprise : « On travaille sur la responsabilité du chef d’entreprise. L’objectif est de faire en sorte qu’il ne se trouve pas en disgrâce avec une administration », résume Jean Poulallion. Réaliser un contrat de travail, informer sur les lois en vigueur, conseiller, développer l’activité… Autant d’écueils et de problématiques qui rythment la vie des patrons et que l’Union des Entreprises 57 tente de solutionner avec les dirigeants de structures. « Une entreprise ou une start-up qui vient de se monter et qui n’a pas encore beaucoup de budget peut ne payer que 350 € par an de cotisation à l’UE 57. Mais elle dispose des mêmes services que les autres. On a ici une politique de solidarité où les plus gros aident les plus petits à devenir importants à leur tour », détaille Jean Poulallion.

L’employabilité en Moselle, feuille de route de l’UE 57

Elu pour les trois prochaines années, Jean Poulallion souhaite axer ses actions vers l’employabilité en Moselle. « La Moselle est une terre promise et a beaucoup de ressources. C’est un territoire sous-évalué que l’on souhaite rehausser », proclame Stéphane Lehning. Le nouveau conseil d’administration, dont la moyenne d’âge est de 35 ans, s’apprête à préparer ses actions dans ce sens. « Je suis persuadé que les jeunes ont tout à inventer. Nous mettons nos compétences à leur service », termine Jean Poulallion.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition