Moselle

Automobile

L'usine de Hambach est prête à produire le Grenadier d'Ineos

Par Jean-François Michel, le 24 février 2022

La première phase de test est terminée : 130 véhicules 4X4 Grenadier sont sortis des lignes de production de l’usine Ineos d’Hambach, en Moselle. Le lancement en série est programmé pour le mois de juillet.

Le groupe Ineos veut produire 30 000 véhicules Grenadier par an.
Le groupe Ineos veut produire 30 000 véhicules Grenadier par an. — Photo : Patrick Gosling - Ineos

Douze mois de travail auront été nécessaires pour reconfigurer la chaîne de production, imaginée par le groupe Daimler pour produire la Smart dans l’usine d’Hambach. Avec la fabrication de 130 véhicules 4*4 Grenadier, la première phase de test menée par les équipes d’Ineos Automotive s’est achevée et a permis de "définir le processus d’assemblage" et de "fournir aux ingénieurs des véhicules représentatifs de la production", qui vont permettre de mener les dernières phases de certification du véhicule, indiquent les équipes d’Ineos Automotive dans un communiqué.

Depuis le rachat du site d’Hambach en janvier 2021, Ineos (CA : 61 Md$ ; 26 000 salariés) a investi plus de 50 millions d’euros, en plus des 470 millions d’euros investis par le groupe Daimler en 2019, dans une toute nouvelle chaîne de production. Aujourd’hui entièrement dédiée à la production du véhicule tout-terrain imaginé par le patron du groupe Ineos, Jim Ratcliffe, qui s’est inspiré du Defender de Land Rover, cette chaîne remaniée comprend un nouvel atelier de carrosserie entièrement automatisé, un nouvel atelier de peinture semi-automatisé et une installation d’assemblage mise à niveau. "Hambach bénéficie également d’un nouveau centre de contrôle qualité de pointe", souligne le groupe.

Deuxième phase de tests en mars

Équipé au choix d’un moteur essence de 281 chevaux ou d’un diesel de 245 chevaux, pour des tarifs allant de 47 000 euros à 59 000 euros, conçu à une époque où toute l’automobile mondiale se convertit à l’électrique, le Grenadier semble sorti d’une autre époque. Pourtant, "environ 15 000 clients ont réservé leur Grenadier à travers le monde", déclare Dirk Heilmann, PDG d’Ineos Automotive, qui a réussi à séduire le quart de ses futurs acheteurs en Amérique du Nord. Pour l’instant, il est seulement possible de réserver son futur Grenadier, moyennement un dépôt de 450 euros : c’est en avril 2022 que les premiers clients pourront finaliser leur commande, en ligne ou auprès de leur concessionnaire.

Sur le plan industriel, la deuxième phase d’essai va débuter en mars, avec pour objectif de "valider le processus d’assemblage et la qualité de construction", avant que la production des premiers véhicules de série démontre "l’efficacité de la chaîne logistique et du taux de production". Le calendrier semble serré, mais Ineos Automotive réaffirme ses objectifs : "Nous voulons proposer un véhicule finalisé et nous ne prendrons pas de raccourci. Grâce à l’équipe ultra-qualifiée et expérimentée d’Hambach, ainsi qu’à notre expertise en sécurité et en qualité, nous sommes sur la bonne voie pour commencer la production en série au mois de juillet", réaffirme le PDG d’Ineos Automotive. Le groupe veut produire 30 000 Grenadier par an. Et les vendre : "La préparation de tous les aspects commerciaux se poursuit à un bon rythme", affirme Ineos Automotive, qui a déjà constitué un réseau de 100 partenaires à travers le monde pour vendre et entretenir le Grenadier.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition