Métallurgie

Liberty Steel à la recherche de repreneurs pour ses sites de Saint-Saulve et Hayange

Par Lucas Valdenaire, le 10 mai 2021

Alors que son propriétaire GFG Alliance connaît d’importantes difficultés financières, le sidérurgiste britannique Liberty Steel a décidé de vendre ses deux sites français situés à Saint-Saulve dans le Nord et à Hayange en Moselle.

Sanjeev Gupta, PDG de GFG Alliance, avait repris l’aciérie nordiste Ascoval et le fabricant mosellan Liberty Rail Hayange à l'été 2020.
Sanjeev Gupta, PDG de GFG Alliance, avait repris l’aciérie nordiste Ascoval et le fabricant mosellan Liberty Rail Hayange à l'été 2020. — Photo : Liberty House

L’aciérie Ascoval de Saint-Saulve (200 M€ de CA ; 270 salariés), dans le Nord, et le fabricant de rails Liberty Rail (275 M€ de CA ; 430 salariés) à Hayange, en Moselle, sont de nouveau à vendre. Leur propriétaire, le groupe britannique Liberty Steel qui les a rachetés il y a moins de neuf mois, s’était engagé à apporter 65 millions d’euros pour relancer les deux usines. Aujourd’hui, les capacités d’investissement ont disparu.

En effet, la société financière Greensill a déposé le bilan le 8 mars 2021 et entraîné plusieurs de ses clients dans la tourmente. Parmi eux figure le conglomérat GFG Alliance dirigé par l’homme d’affaires indien Sanjeev Gupta et propriétaire de Liberty Steel. Désormais à la recherche de nouveaux financements, le sidérurgiste a annoncé le 7 mai dans le Financial Times être à la recherche de repreneurs. Une information confirmée au Journal des Entreprises par le groupe britannique. GFG Alliance a ainsi recruté la banque Rothschild pour organiser la vente des deux usines françaises concernées. Un prêt de 20 millions d’euros Afin d’éviter toute rupture d’activité, le ministre français de l’Économie avait annoncé le 23 mars l’octroi d’un prêt de 20 millions d’euros au site de Saint-Saulve. "Nous serons toujours derrière les salariés d’Ascoval, avait alors déclaré Bruno Le Maire. D’autant que cette aciérie a un caractère stratégique puisqu’elle fournit l’acier qui permet à Hayange de faire les rails de la SNCF."

En effet, le principal client d’Ascoval (80 % de l'activité) reste le fabricant Liberty Rail à Hayange : le nordiste fournit l’acier recyclé et le mosellan le transforme pour ses clients européens (les français SNCF Réseau et RATP, l’allemand Deutsch Bahn, le belge Infrabel ou encore l’italien RFI).

L’usine d’Ascoval peut produire jusqu’à 600 000 tonnes d’acier et celle de Liberty Rail plus de 300 000 tonnes de rails par an. Selon la communication de Liberty Steel, le rapprochement des deux sites permet l’intégration d’un acier vert ("green steel") sur le marché ferroviaire continental : "l’ensemble fournit les grandes entreprises européennes de transport ferroviaire en rails dits verts, plus écologiques et moins émetteurs de carbone (car utilisant des fours électriques et le recyclage des ferrailles dont des rails usagés)."

D’ailleurs, Ascoval et Liberty Rail avaient signé dès le mois de décembre 2019 un accord avec SNCF Réseau pour fournir 140 000 tonnes de demi-produits ("blooms") destinés à être transformés en rails pendant quatre ans.

Sanjeev Gupta, PDG de GFG Alliance, avait repris l’aciérie nordiste Ascoval et le fabricant mosellan Liberty Rail Hayange à l'été 2020.
Sanjeev Gupta, PDG de GFG Alliance, avait repris l’aciérie nordiste Ascoval et le fabricant mosellan Liberty Rail Hayange à l'été 2020. — Photo : Liberty House

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail