Conjoncture

L’emploi salarié de Lorraine a retrouvé en 2021 ses couleurs d’avant-crise

Par Lucas Valdenaire, le 19 mai 2022

L’Urssaf a sorti la calculette : l’emploi salarié de Lorraine, en hausse de 3,3 % sur 2021, retrouve enfin son niveau d’avant-crise. Les quatre départements et tous les secteurs d’activité sont concernés. Seule l’industrie connaît encore des destructions d’emplois mais dans une bien moindre mesure.

Christophe Franceschi est le directeur régional de l’URSSAF Lorraine
Christophe Franceschi est le directeur régional de l’URSSAF Lorraine — Photo : Françoise Claudel - Urssaf Lorraine  

Selon l’Urssaf Lorraine, le bilan de fin d’année 2021 est "positif". Résultat d’une compilation générale des statistiques réalisée par l’union de recouvrement et présentée à la presse le 18 mai 2022. Ainsi, les effectifs salariés de Lorraine progressent de 3,3 % sur un an (soit 17 000 postes supplémentaires) et ce, quasiment dans les mêmes proportions qu’au niveau national (+3,7 %). Avec ses 527 000 salariés, l’ancienne région administrative retrouve officiellement son niveau d’avant-crise de 2019 (518 000 salariés). Et les quatre départements retrouvent des couleurs, Moselle en tête avec 3,8 % de salariés en plus sur un an (+ 8 900), juste devant les Vosges et ses 3,6 % (+2 900). Dans le Grand Est, seul le Bas-Rhin fait mieux. La Meurthe-et-Moselle progresse de 2,9 % (+ 4 750) et la Meuse, un peu plus en retrait, de 1,5 % (+ 480). "Nous avons complètement résorbé l’impact de la crise en Lorraine et nous avons maintenant plus d’emplois qu’avant la crise", confirme le directeur régional de l’Urssaf Lorraine Christophe Franceschi.

L’exception industrielle

Ce rebond 2021 se manifeste dans l’ensemble des secteurs d’activité, excepté l’industrie qui représente 20 % des effectifs salariés lorrains et qui continue de perdre des emplois (-0,2 %, soit 220 destructions nettes sur un an), alors qu’au niveau national, le secteur connaît une légère augmentation (+0,6 %). Ainsi, les pertes régionales sont davantage marquées dans la métallurgie (-380 postes) et la fabrication de matériel de transport (-680 postes). En revanche, l’industrie agroalimentaire régionale continue de progresser (+400 postes). À noter que l’ensemble des départements lorrains actent encore des dizaines de destructions d’emplois industriels, les Vosges tirent leur épingle du jeu et enregistrent une hausse de 2 %, soit 440 créations de postes. Alors que les vagues de destructions d’emplois industriels déferlent sur la région depuis plusieurs décennies, l’année 2021 semble faire exception. "Pour la première fois depuis très longtemps, l’évolution de l’emploi salarié dans ce secteur d’activité est quasiment stable en Lorraine", tient à souligner la correspondante statistique régionale à l’Urssaf Lorraine Laurence Oudot.

Pour tous les autres secteurs d’activité, les hausses sont notables. Les services qui représentent 44 % des emplois salariés régionaux sont en hausse de 2,4 % (+5 500 postes), avec le transport, la santé humaine et l’action sociale hébergement médico-social dans le trio de tête. Élément notable : les arts et spectacles, très fortement touchés par la crise sanitaire, ressortent la tête de l’eau avec une augmentation de 14 %, soit 750 créations de postes. L’hébergement-restauration et l’intérim, eux aussi largement malmenés pendant la crise, reprennent de vives couleurs avec respectivement 3 400 (+13 %) et 5 570 (+25 %) créations de postes. Le commerce (+1,8 %) et la construction (+3 %) poursuivent également leur redressement.

"Poison lent"

"Mis à part l’industrie, la dynamique de 2021 est extrêmement favorable dans tous les secteurs, résume Christophe Franceschi. Mais quid de ce début 2022 ? Le contexte a beaucoup changé. L’inflation qui a démarré fin 2021 s’est amplifiée et la guerre en Ukraine a éclaté." Comme les chiffres de l’emploi salarié pour ce premier trimestre 2022 ne sont pas encore connus, l’Urssaf Lorraine a choisi de faire le point sur les intentions d’embauches. Ainsi, sur les trois premiers mois de l’année, 132 000 intentions ont été enregistrées en Lorraine (soit 40 % de la région Grand Est). C’est 31 % de plus qu’au premier trimestre 2021 et 6 % de plus qu’au premier trimestre 2019. La restauration, le commerce de détail, l’entreposage, les services auxiliaires aux transports et les services relatifs aux bâtiments et aménagement paysager sont aujourd’hui beaucoup plus demandeurs qu’avant la crise. Sur ces 132 000 intentions d’embauches, 58 % portent sur des CDD de moins d’un mois, 18 % des CD de plus d’un mois et 24 % de CDI. "Malgré le contexte inflationniste et la guerre en Ukraine, nous avons quand même un niveau d’embauche important en Lorraine, note Christophe Franceschi. Il est même plus important qu’avant la crise. Reste à voir si cela tient sur le deuxième trimestre. Nous ne sommes plus sur une crise sanitaire où l’économie s’est arrêtée d’un seul coup avant de repartir. Nous sommes désormais sur un poison lent dont nous verrons l’effet sur la durée."

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition