Grand Est

Conjoncture

L'emploi salarié dans le Grand Est dépasse son niveau d'avant-crise

Par Lucas Valdenaire, le 13 janvier 2022

Selon l’Insee, l’emploi salarié dans le Grand Est poursuit sa progression au 3e trimestre 2021 et dépasse désormais son niveau d’avant-crise. Cette reprise concerne presque tous les secteurs d’activité. Seul l’emploi industriel peine à se redresser en raison, notamment, de difficultés d’approvisionnement.

Seul l’emploi industriel dans le Grand Est est en net recul (-2,4 %) par rapport à la situation d’avant-crise. Le secteur automobile est "particulièrement touché", ajoute l’Insee.
Seul l’emploi industriel dans le Grand Est est en net recul (-2,4 %) par rapport à la situation d’avant-crise. Le secteur automobile est "particulièrement touché", ajoute l’Insee. — Photo : Lucas Valdenaire

Au 3e trimestre 2021, l’emploi salarié dans le Grand Est continue de progresser mais plus lentement (+0,1 % contre +0,9 % au 2e trimestre) et dépasse désormais son niveau d’avant-crise (+0,2 % à fin septembre soit 4 800 postes supplémentaires par rapport à fin 2019). À noter que l’emploi croît plus rapidement sur l’ensemble du pays (+ 0,4 % ce trimestre et + 1,0 % par rapport à fin 2019). C’est le constat dressé par l’Insee dans une note de conjoncture publiée le 13 janvier 2022.

L’industrie à la peine

Cette hausse est notamment portée ce trimestre par celle des services marchands (+0,5 %) et devance son niveau d’avant-Covid (+0,8 %). L’emploi dans l’hôtellerie-restauration poursuit sa reprise entamée au 2e trimestre (+3,7 % après +10,8 %) et dépasse, là aussi, son niveau d’avant-crise (+ 0,4 %). Les services à la personne, le commerce et l’intérim, eux aussi, se portent bien. Dans la construction et les services non marchands, il diminue mais demeure au-dessus de son niveau prépandémique (+3,9 % et +0,5 %). Stable au 3e trimestre, l’emploi industriel, lui, reste en net recul par rapport à la fin 2019 (-2,4 %) notamment "à cause de difficultés d’approvisionnement" et de "l’industrie automobile particulièrement touchée", précise l’institut des statistiques.

Forte reprise de l’emploi bas-rhinois

D’un point de vue géographique, l’emploi progresse au 3e trimestre dans cinq départements (les Vosges, le Haut-Rhin, la Moselle, l’Aube et la Haute-Marne) et reste quasi stable dans les autres territoires. Comparée à fin 2019, "la situation est très contrastée selon les départements", ajoute l’Insee. Ainsi, l’emploi dépasse son niveau d’avant la crise dans le Bas-Rhin (+1,6 %), la Moselle (+0,4 %) et la Meurthe-et-Moselle (+ 0,3 %). Fin septembre 2021, le Bas-Rhin compte 7 200 postes de plus qu’avant la crise et la Marne retrouve son niveau prépandémique. Dans tous les autres départements du Grand Est, l’Insee constate des pertes d’emplois, "les hausses depuis mi-2020 n’ayant pas permis de rattraper les pertes des deux premiers trimestres 2020" avant de conclure que "les plus fortes baisses s’observent en Haute-Marne et dans la Meuse (- 1,0 % par rapport à fin 2019)."

L’activité partielle dégringole

Quand l’emploi salarié reprend des couleurs, le recours à l’activité partielle continue sa chute entamée en mai et juin 2021. Dans le Grand Est, 24 000 salariés ont été placés au moins un jour en activité partielle en juillet, 16 000 en août et en septembre. Ils étaient 76 000 en juin. Le nombre de salariés placés en activité partielle s’est donc effondré de 79 % entre juin et septembre 2021, contre 76 % au niveau national. Pourquoi une telle baisse ? "Dans un contexte d’allègement des restrictions sanitaires, le recours à l’activité partielle diminue dans tous les grands secteurs d’activité du Grand Est, répond l’Insee. La réduction de sa prise en charge par l’État peut aussi expliquer la moindre utilisation du dispositif : elle est passée à 85 % en juillet, 75 % en août, puis 60 % en septembre."

4 salariés sur 10 en activité partielle dans l’industrie

Cette baisse du nombre de salariés en activité partielle est "particulièrement forte" dans l’hébergement-restauration (3 000 en septembre contre 29 000 en juin) et les services aux particuliers (1 000 contre 7 000). À la fin du 3e trimestre 2021, 7 000 personnes restent concernées dans l’industrie régionale qui concentre désormais 4 salariés en activité partielle sur dix. Et l’Insee prévient : "La dégradation de la situation sanitaire en fin d’année 2021 et les mesures prises pour y faire face, pourraient amener les entreprises à recourir à nouveau plus fortement au dispositif."

Seul l’emploi industriel dans le Grand Est est en net recul (-2,4 %) par rapport à la situation d’avant-crise. Le secteur automobile est "particulièrement touché", ajoute l’Insee.
Seul l’emploi industriel dans le Grand Est est en net recul (-2,4 %) par rapport à la situation d’avant-crise. Le secteur automobile est "particulièrement touché", ajoute l’Insee. — Photo : Lucas Valdenaire

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail