Moselle

Industrie

Le site de Faulquemont va s’arrimer à la mutation du groupe Viessmann

Par Jean-François Michel, le 13 mai 2022

Le site Viessmann de Faulquemont, en Moselle, va accélérer sa mutation grâce à un plan d’investissement lancé par le fabricant allemand de systèmes de chauffage et de climatisation. En trois ans, le groupe va injecter 1 milliard d’euros dans ses capacités de production et sa R & D.

Fin 2023, la ligne dédiée à la batterie domestique Vitocharge dans l’usine de Faulquemont sera en capacité de produire 150 systèmes par jour.
Fin 2023, la ligne dédiée à la batterie domestique Vitocharge dans l’usine de Faulquemont sera en capacité de produire 150 systèmes par jour. — Photo : Viessmann

En dévoilant les résultats du groupe allemand Viessmann, le président de Viessmann France, Christian Grundler, semblait lui-même abasourdi par l’ampleur de l’accélération du fabricant de systèmes de chauffage et de climatisation, dont le siège est basé à Alllendorf, dans le land de Hesse. "Les projections montrent que nous allons continuer à ce rythme pendant 5 voire 6 ans…", lâchait l’industriel.

Sur l’exercice 2021, l’activité du groupe Viessmann, qui emploie 13 000 salariés, a décollé de 21 % par rapport à 2020, pour terminer l’exercice sur un chiffre d’affaires de 3,4 milliards d’euros. En France, le groupe allemand pèse désormais 268 millions d’euros de chiffre d’affaires, en croissance de 25 % par rapport à 2020. Une activité tirée essentiellement par la demande pour les pompes à chaleur, dont les ventes ont augmenté de 41 % à l’échelle du groupe.

Un milliard d’euros pour un avenir plus durable

Venu marquer les 50 ans d’existence du site Viessmann de Faulquemont, en Moselle, le PDG du groupe allemand, Martin Viessmann, a salué l’engagement des 900 salariés de l’usine et a insisté sur la capacité des équipes à accompagner les mutations : "A l’échelle du groupe, Faulquemont doit devenir synonyme d’énergie renouvelable", a lancé le patron allemand, traçant d’une phrase une feuille de route pour un site qui produisait jusqu’ici essentiellement des pièces destinées à la fabrication de chaudière à gaz. Après Martin Viessmann, son fils, Maximilian, dévoilait les montants nécessaires à la transformation du groupe : "Dans les trois prochaines années, nous allons investir un milliard d’euros. Pour façonner un avenir plus durable, mais aussi créer des emplois", a lancé celui qui codirige Viessmann. À l’échelle du groupe, ce plan vise à "étendre l’empreinte manufacturière, les laboratoires de R & D et la gamme d’offres de solutions vertes, en particulier dans le domaine des pompes à chaleur, renforçant ainsi l’indépendance énergétique géopolitique de l’Europe", indique la communication de l’industriel allemand.

"Nous n’avons pas encore les détails de ce plan", indique Pierre Bassetti, le président de Viessmann Faulquemont. Pour autant, le site mosellan n’a pas attendu l’annonce d’investissements massifs pour s’engager vers les "solutions vertes" portées par le groupe allemand. Si 70 % de l’activité du site de Faulquemont est encore tournée vers la production de ballons sanitaires, ces systèmes permettant de chauffer et de stocker de l’eau chaude, l’usine travaille déjà à "10 voire 15 % pour produire des ballons thermodynamiques", détaille Pierre Bassetti. Ces systèmes, produits depuis 2015 à Faulquemont, intègrent une pompe à chaleur permettant de récupérer des calories dans l’environnement extérieur pour chauffer l’eau. "10 à 15 % de l’activité concernent le Vitocharge, le reste de l’activité étant consacré à nos produits solaires", continue le président de Viessmann Faulquemont.

Investir pour suivre la cadence

Déjà commercialisé en Allemagne depuis 2021, Vitocharge est un système fabriqué pour l’ensemble du groupe à Faulquemont, couplant une ou plusieurs batteries avec un onduleur, permettant de stocker de l’électricité afin de l’utiliser ultérieurement : pour alimenter une pompe à chaleur, un ballon thermodynamique ou recharger un véhicule électrique. "Nous en avons déjà vendu 5 000 en Allemagne depuis que la commercialisation est lancée, soit mi-2021", détaille Pierre Guyon, le directeur produits et solutions de Viessmann France.

En France, la commercialisation de ces batteries domestiques haut de gamme est programmée pour septembre, à des tarifs qui devraient pour l’instant réserver ce type de produits à des clients très sensibles aux questions écologiques et dotés de moyens conséquents : 14 000 € pour une batterie de 12 kW et son onduleur. Dans l’usine de Faulquemont, le groupe a déjà investi pour accompagner la croissance de ces produits "décarbonés" : 2,5 millions d’euros ont déjà été investis dans une ligne de poinçonnage et de pliage, qui fabrique notamment les éléments de capotage du Vitocharge. En 2023, pour suivre la cadence, une nouvelle ligne du même type sera installée, pour 2,5 millions d’euros.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition