Moselle

Communication et médias

Le groupe GET fait l’acquisition de l’agence Mescudi

Par Ioanna Schimizzi, le 11 janvier 2018

Le groupe GET a repris l'agence de communication Mescudi à Thionville. Le groupe messin vise les deux millions d'euros de marge à horizon 2022.

Renaud Guillaume (à gauche), a intégré le groupe GET, dirigé par Thierrt Ehrhardt, en tant que directeur de création à l’agence du Luxembourg. — Photo : Groupe GET

« C’est avant tout une rencontre d’hommes plus que la reprise d’un portefeuille d’affaires. A 32 ans, Renaud Guillaume est vraiment très créatif et c’est cela qui m’a poussé à reprendre son agence thionvilloise Mescudi. » Pour Thierry Ehrhardt, à la tête du groupe de communication GET à Metz, faire l’acquisition de la société Mescudi c’est donc d’abord faire l’acquisition « d’un talent. » Par ce rachat, le groupe messin se dote de deux nouveaux salariés pour atteindre un effectif de 22 personnes. « Notre chiffre d’affaires augmente également d’environ 10 % avec la reprise de Mescudi. Nous avons repris le fonds de commerce. » Renaud Guillaume est désormais rattaché à l’agence luxembourgeoise du groupe en tant que directeur de création, qui compte actuellement trois sites avec ceux de Metz et Strasbourg.

« Atteindre deux millions d’euros de marge à horizon 2022 »

L’agence Mescudi a notamment inventé le concept de « Puballo », un système inspiré du « clean tag » : un graffiti « véritable arme publicitaire écolo, avec un simple pochoir et de l’eau, la saleté des villes fait le reste et permet d’afficher un message sur les sols ou les murs d’une ville. » De son côté, le groupe GET est présent sur la scène de la communication depuis quinze ans, « avec aujourd’hui plus de 300 clients répartis dans le Grand Est et au Luxembourg. Nous avons rentré 30 nouveaux clients l’an dernier. Nous souhaitons également nous développer sur un axe Reims-Paris mais aussi vers Lyon », ajoute Thierry Ehrhardt. « Nous travaillons quasiment exclusivement pour le privé, les marchés publics doivent représenter seulement 1 % de notre chiffre d’affaires. Nos clients se situent principalement dans les secteurs de la banque, de l’immobilier et de l’industrie. » Le groupe messin réalise un chiffre d’affaires de 2 M€, « mais le plus important pour nous est que nous avons réalisé en 2017 environ 1,2 M€ de marge. Nous visons les deux millions d’euros de marge à horizon 2022, avec un effectif de 30 à 35 personnes. »

« Le digital explose »

Les métiers de la communication évoluent constamment, et « alors qu’auparavant le digital se cantonnait à un site web que nous réalisions, aujourd’hui les entreprises ont compris qu’elles avaient une carte à jouer sur le web, et nous nous occupons désormais de toute leur stratégie digitale. Les retombées d’une campagne sont beaucoup plus lisibles qu’avec de l’affichage par exemple », poursuit Thierry Ehrhardt. Le print « est encore plébiscité pour autant, à 30 à 40 %, notamment pour des rapports d’activité, pour le B to B, etc. « Le digital représente actuellement 35 à 40 % de notre chiffre d’affaires, et explose littéralement. » Seule ombre au tableau : « les difficultés pour recruter. Aujourd’hui il y a beaucoup de profils dans le secteur de la communication, mais trouver un bon graphiste, notamment, n’est pas facile, c’est un métier très subjectif. Nous avons actuellement trois recrutements en cours, et nous faisons désormais le choix de prendre notre temps pour étudier en profondeur les profils des candidats. »

Renaud Guillaume (à gauche), a intégré le groupe GET, dirigé par Thierrt Ehrhardt, en tant que directeur de création à l’agence du Luxembourg. — Photo : Groupe GET