Vosges

BTP

Le groupe Cunin est repris par son directeur général Laurent Morlot

Par Philippe Bohlinger, le 28 novembre 2022

Laurent Morlot vient de faire naître un nouvel acteur de dimension régionale dans le monde de la construction. Directeur général du groupe Cunin depuis 2018, il vient de reprendre ce groupe vosgien spécialiste des lots techniques du bâtiment et compte poursuivre le développement de la PME centenaire via la croissance organique et les croissances externes.

Cunin s’était illustré en 2020 en reprenant le spécialiste des bois lamellés-collés Weisrock Vosges.
Cunin s’était illustré en 2020 en reprenant le spécialiste des bois lamellés-collés Weisrock Vosges. — Photo : Philippe Bohlinger

Un nouvel acteur du bâtiment, de dimension régionale, creuse son sillon dans les Vosges. Il est né cet automne de la reprise du groupe Cunin, basé à Contrexéville, par le groupe Morlot, structure ad hoc créée en 2020 par Laurent Morlot. L’entrepreneur âgé de 40 ans n’est pas un inconnu au sein du groupe Cunin (270 salariés), spécialiste des lots techniques du bâtiment (plomberie, ventilation-climatisation, électricité industrielle, couverture-étanchéité). Après une première partie de carrière chez Demathieu Bard, Laurent Morlot secondait depuis 2018 Serge Cunin, président du groupe, au poste de directeur général. Il était également devenu actionnaire il y a deux ans de groupe Cunin à hauteur de 30 %.

À l’export jusqu’en Asie

Une page se tourne donc pour l’entreprise familiale fondée en 1906 par Jules Cunin autour d’une activité de fontainier, sur un territoire réputé pour ses eaux de sources. Cunin s’est illustré ces dernières années avec la reprise de deux acteurs vosgiens reconnus dans leurs domaines respectifs : le spécialiste de la couverture, de l’étanchéité et des bardages Couvracier en 2019 et le fabricant de charpentes lamellées-collées Weisrock Vosges en 2020. Ils se sont ajoutés aux sept autres sociétés du groupe : Cunin Fluides, Cunin Couverture, Cunin Construction Maintenance, Cunin Maintenance, La Robinetterie, Brocard et Cunin Épinal.

Le nouvel actionnaire compte capitaliser sur l’étendue des savoir-faire du groupe Cunin, dont le chiffre d’affaires a atteint 45 millions d’euros en 2021. Ceux-ci se sont notamment exportés en Afrique, en Europe de l’Est et en Asie. "Nous voulons développer la filière en misant sur des produits biosourcés et des filières courtes, de la forêt au chantier dans l’esprit de la nouvelle réglementation environnementale RE2020 applicable à la construction. Nous allons continuer de développer les différentes activités du groupe Cunin par croissance organique et croissance externe, à innover et à apporter des solutions sur-mesure à nos clients", assure Laurent Morlot.

Reprise d’un charpentier provençal

Quelques jours après l’annonce de ce rachat, le groupe Morlot a officialisé la reprise de Charpentes Morel, une entreprise de 30 salariés basée à Aubagne (Bouches-du-Rhône). Laurent Morlot était intéressé par le profil de cette société placée en redressement judiciaire depuis juillet 2022 (chiffre d’affaires de 3,5 millions d’euros en 2021). Le dirigeant envisage en effet de développer les activités de groupe Morlot dans le sud de la France, un secteur géographique qu’il connaît bien pour avoir dirigé l’entité "Méditerranée" de Demathieu Bard.

"Cette opération conforte également l’assise financière de Charpentes Morel et lui permet de bénéficier au sein d’un groupe à taille humaine, de synergies commerciale, productive et administrative", commente le président du groupe. Une première opération entre Charpentes Morel et Weisrock Vosges est en cours sur le chantier de Notre-Dame de Paris. Les deux entreprises se sont vues confier la construction de la maison du projet.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition