Grand Est

Énergie

Le gaz s’impose au cœur de la transition énergétique du Grand Est

Par Jean-François Michel, le 06 février 2020

Dans le Grand Est, l’année 2019 a été marquée par une forte augmentation du recours au gaz pour produire de l’électricité.

Fin 2019, les capacités de production de biométhane installées dans la région étaient de 331GWh par an, soit une hausse de 73% par rapport à 2018.
Fin 2019, les capacités de production de biométhane installées dans la région étaient de 331GWh par an, soit une hausse de 73% par rapport à 2018. — Photo : © GRT gaz - ROY

Avec 74 milliards de kilowattheures, la consommation en 2019 du Grand Est en gaz est en hausse de 3,5 % par rapport à 2018, plaçant la région en tête des consommations en France, devant les Hauts-de-France et l’Île-de-France. Une situation qui s’explique par la densité du tissu industriel, mais surtout par « le recours accru à cette source d’énergie pour produire de l’électricité », a précisé Thierry Daniel, le délégué territorial Nord-Est de GRTgaz, en présentant la version 2019 du bilan gaz. En effet, avec 34,9 TWh, la distribution publique est restée stable en 2019 (+0,1 %) et les industriels ont eu besoin de 23,7 TWh pour faire tourner leurs installations : c’est la production d’électricité qui ressort en forte hausse, à 15,5 TWh, soit une augmentation de 28 % par rapport à 2018. « Des indisponibilités nucléaires et la baisse de la production hydraulique ont renforcé l’activité de la production d’électricité dans les trois centrales du Grand Est, les cycles combinés gaz de Blénod, Toul et Saint-Avold », a détaillé Thierry Daniel. En croissance depuis 2015, le recours au gaz pour produire de l’électricité est aussi conforté par « des prix compétitifs côtoyant le prix de référence européen », a souligné le délégué territorial Nord-Est de GRTgaz. « Le gaz sert la flexibilité du réseau électrique », a insisté Thierry Daniel, qui a précisé qu’en France, en Allemagne, en Italie et en Espagne, la hausse de la production d’électricité à partir de gaz, en remplacement du charbon, « a permis d’éviter l’émission de 28 millions de tonnes de CO2, soit l’équivalent des émissions annuelles de 17 millions de véhicules ». Par ailleurs, GRTgaz prépare activement l’arrivée de volumes conséquents de biométhane sur son réseau : fin 2019, les capacités de production installées dans la région étaient de 331GWh par an, soit une hausse de 73 % par rapport à 2018. Et les perspectives sont à l’avenant : 169 projets sont déjà dans les tuyaux pour 4 230 GWh de capacités. Un chiffre à comparer avec les 220 GWh de biométhane qui ont été injectés dans le réseau en 2019. « Les réseaux s’adaptent et adoptent des fonctionnements inédits pour optimiser le potentiel d’injection de gaz renouvelable », a précisé Thierry Daniel. Au registre des investissements, 33 M€ sont inscrits en 2020, essentiellement pour de la maintenance.

Fin 2019, les capacités de production de biométhane installées dans la région étaient de 331GWh par an, soit une hausse de 73% par rapport à 2018.
Fin 2019, les capacités de production de biométhane installées dans la région étaient de 331GWh par an, soit une hausse de 73% par rapport à 2018. — Photo : © GRT gaz - ROY

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.