Metz

Innovation

Krypto Stone veut appuyer l’investissement immobilier sur la blockchain

Par Jean-François Michel, le 04 juillet 2022

Entrepreneur dans l’immobilier, Laurent Mayer vient de lancer la start-up Krypto Stone à Metz. Le dirigeant veut mettre la technologie de la blockchain au service de l’investissement en immobilier et compte injecter une dizaine de millions d’euros dans ce nouveau projet.

Laurent Meyer, PDG de Krypto Stone, entouré de son responsable technique (à gauche), Léo Casagrande, et de son responsable des opérations, Gary Florimont.
Laurent Meyer, PDG de Krypto Stone, entouré de son responsable technique (à gauche), Léo Casagrande, et de son responsable des opérations, Gary Florimont. — Photo : Inspire Metz

L’ambition est claire : "Je pense que Krypto Stone peut être la première licorne messine", lâche Laurent Mayer. Entrepreneur connu à Metz pour ses activités dans l’immobilier, dont la foncière familiale gère aujourd’hui 180 000 m2 et vient de lancer l’espace de loisirs Loisirama, à Moulins-lès-Metz, Laurent Mayer veut aussi porter le "flambeau d’une nouvelle révolution" : mettre la blockchain au service de l’immobilier avec Krypto Stone.

La start-up, lancée en février et basée à Metz, s’appuie déjà sur une équipe de huit personnes. Et Laurent Mayer, majoritaire au capital, compte embaucher "entre 50 et 100 personnes d’ici trois ans" et investir "une dizaine de millions d’euros en fonds propres" pour porter le développement de Krypto Stone. Pour l’instant, l’entreprise peut s’appuyer sur une subvention à l’innovation de 30 000 € apportées par Bpifrance et sur le soutien sans faille des élus de l’Eurométropole de Metz. "Son président, François Grosdidier, a été très sensible à la dimension développement durable de notre projet", précise Laurent Mayer.

Concrètement, la société Krypto Stone veut investir de manière très diversifiée dans des biens immobiliers : bureaux, logement, logistique mais aussi forêts. Derrière, les biens seront "convertis" en NFT, pour "Non-Fungible Token" ou jeton non fongible, un certificat numérique d’authenticité inscrit dans la blockchain. Une fois numérisé, ce NFT contenant le bien immobilier pourra être découpé en Token, ces actifs numériques émis et échangeables sur la blockchain. "Il deviendra alors possible d’investir dans l’immobilier avec de très petites sommes, à l’image des microcrédits imaginés par Muhammad Yunus", détaille Laurent Mayer. Pour le particulier, le coût de la transaction ressort à la baisse, du fait notamment de l’absence de frais de mutation.

Une blockchain consommant peu d’énergie

La technologie développée par l’équipe de Krypto Stone s’appuie sur la blockchain européenne Elrond : "Avec un ordinateur très basique, il est possible de calculer 15 000 transactions à la seconde", précise Léo Casagrande, responsable de la technique pour Krypto Stone. L’impact carbone des serveurs, consommant de l’électricité, sera compensé par la société, pour revendiquer un positionnement "négatif en carbone".

Ouverte aux particuliers comme aux professionnels, la plateforme Krypo Stone rassemble déjà 10 000 m² de biens immobiliers et sera ouverte à la commercialisation début septembre, vraisemblablement lors de l’événement messin dédié au numérique, GEN, prévu pour les 8 et 9 septembre. "Le modèle est rentable", assure Laurent Mayer, qui compte arriver à l’équilibre dès le premier exercice. Une confiance basée sur le potentiel de la blockchain et de ses usages, mais aussi des compétences déjà installées à Metz. "Non seulement il y a déjà plusieurs sociétés majeures opérant dans la blockchain à Metz (NDLR : Just Mining, Ilium, Delmonicos)", souligne le dirigeant de Krypto Stone. "Mais il y a ici de nombreux talents qui s’emploient actuellement au Luxembourg, dans la tech, la banque et l’immobilier". Certain de pouvoir retenir les meilleurs profils sur le territoire messin, Laurent Mayer veut aussi créer, avec le soutien des élus de l’Eurométropole, un "lieu totem" de la blockchain à Metz : "Derrière, il sera possible de créer tout un écosystème, centré à Metz", assure le dirigeant.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition