Nancy

Santé

Juggle lance une application pour faciliter l’apprentissage des enfants autistes

Par Philippe Bohlinger, le 06 février 2020

Corentin Kerbiriou et Henri Reydon ont lancé une application facilitant les apprentissages des enfants atteints de troubles autistiques. Leur start-up, Juggle, a rassemblé 900 000 euros pour faire aboutir le projet et réfléchit déjà à l’international.

Corentin Kerbiriou, président de Juggle (à droite) a collaboré avec Olivier Brondeau, psychologue au sein de l’association AEIM-Adapei 54.
Corentin Kerbiriou, président de Juggle (à droite) a collaboré avec Olivier Brondeau, psychologue au sein de l’association AEIM-Adapei 54. — Photo : © Philippe Bohlinger

Moniteur-éducateur de formation, passionné d’informatique, Henri Reydon déplorait les conditions d’exercice des professionnels du travail social. Il a repris des études à l’Université de Lorraine et planché sur une application mobile destinée à améliorer le suivi des jeunes autistes, dans le cadre d’un master en sciences cognitives. Un stage de fin d’étude au Pôle entrepreneuriat étudiant de Lorraine (PeeL) l’a mis en contact avec Corentin Kerbiriou. Diplômé de l’école de commerce IESEG Paris, ce dernier était en charge de l’accompagnement des jeunes créateurs d’entreprises au sein du PeeL. Convaincu de la viabilité du projet, le duo décide alors de s’y consacrer à plein temps. Ils ont officiellement créé la société Juggle en juin 2018 à Vandœuvre-lès-Nancy, dans l’agglomération de Nancy, après avoir fait maturer leur concept au sein de l’Incubateur lorrain (Université de Lorraine). « Le modèle entrepreneurial permettait de gagner du temps et de mobiliser davantage de moyens », détaille Corentin Kerbiriou

Définir des objectifs prioritaires

Lancée officiellement en novembre dernier, l’application JuggleApp s’adresse aux professionnels de l’éducation spécialisée. Elle permet d’évaluer et de visualiser le développement des enfants autistes de 0 à 8 ans, afin de leur proposer un accompagnement plus précis, appuyé sur 650 activités éducatives adaptées. « JuggleApp aide les professionnels à mieux définir des objectifs prioritaires en termes d’apprentissage et met à leur disposition une palette de tâches adaptées », résume Olivier Brondeau, psychologue au sein l’AEIM-Adapei 54. Cette association de parents de personnes handicapées intellectuelles a aidé les deux créateurs à affiner leur projet. Parallèlement, 130 professionnels ont eu l’occasion de tester gratuitement JuggleApp grâce au soutien de la Fondation Orange, dans les agglomérations de Nancy, Dieuze, Dijon et Besançon. Celle-ci est aujourd’hui commercialisée autour de 10 € par mois et par utilisateur.

1 000 utilisateurs au printemps

L’entreprise de neuf salariés a levé 900 000 euros de financement privés et publics en trois ans. Elle a bénéficié du soutien de la SATT Sayens (Société d’accélération du transfert de technologies), mais aussi de la Région Grand Est et l’Université de Lorraine. Juggle a collaboré avec deux laboratoires nancéiens incontournables pour leurs compétences en sciences cognitives (InterPsy) et informatique (Loria). « La propriété intellectuelle de JuggleApp appartient à ces laboratoires et nous valorisons cette propriété », résume le président de la start-up. La jeune pousse entame désormais la phase de commercialisation de sa solution digitale et vise plus de 1 000 utilisateurs au printemps. Elle envisage à terme d’adapter son application aux besoins des familles d’enfants souffrant de troubles du spectre autistique et ne s’interdit pas de se déployer à l’international.

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail