Meurthe-et-Moselle

Industrie

France Elévateur réalise en Espagne sa première acquisition à l'étranger

Par Jean-François Michel, le 22 mars 2021

Rassemblés sous l’entité FE Groupe, les fabricants de nacelles élévatrices sur porteurs Movex et France Élévateur, ont créé un groupe pesant plus de 100 millions d’euros de chiffre d’affaires, de dimension européenne. Une nécessité pour prendre position sur un marché en forte croissance.

Charles Goffin a pris les rênes de France Élévateur en juillet 2019.
Charles Goffin a pris les rênes de France Élévateur en juillet 2019. — Photo : Jean-François Michel

" Entre un industriel lorrain et un industriel catalan, il y a beaucoup de valeurs communes. Dès la première rencontre, les deux parties ont eu envie de travailler ensemble. " Charles Goffin, le PDG de France Élévateur, le fabricant de nacelles élévatrices sur porteur installé à Flavigny-sur-Moselle, vient de boucler le rachat de 100 % du capital du leader espagnol du marché, Movex, basé à Barcelone. " Il s’agit d’une petite PME catalane et d’une petite ETI lorraine qui créent une belle ETI européenne, qui pourra mieux répondre à un marché en plein boom ", résume Charles Goffin, qui préfère rester discret sur le montant de l’acquisition.

PME familiale fondée en 1960, Movex pèse 12 millions d’euros de chiffre d’affaires et emploie 50 salariés. " Le dirigeant fondateur partait à la retraite, laissait la main à ses deux enfants ", précise le PDG de France Élévateur : " Ils ont été assez intelligents pour se poser les bonnes questions et se rapprocher d’un groupe, pour être plus puissants ". Les deux industriels, rassemblés sous l’entité FE Group, pèsent 100 millions d’euros de chiffre d’affaires et emploient 450 salariés, pour une capacité de production de 1 600 nacelles par an.

30 % de croissance organique

Sur l’exercice 2020-2021, les deux entreprises affichent des " croissances organiques de 30 % " souligne Charles Goffin : " Movex a doublé en novembre dernier sa capacité de production en s’installant dans une usine de 6 000 m2. L’entreprise est passée de 20 machines à 28 machines par mois et peut aller jusqu’à 40 machines par mois. Pour France Élévateur, le lancement de notre nouvelle ligne de production nous a également permis d’augmenter notre chiffre d’affaires ".

Portée par le secteur des télécoms et les chantiers liés à l’installation de la fibre en France et dans l’ensemble des pays européens, la demande pour les nacelles élévatrices ne semble pas devoir faiblir : " On sait, par exemple, que 75 % du réseau d’éclairage en France est vétuste. Pour changer un lampadaire, vous ne pouvez pas intervenir avec un drone ", souligne Charles Goffin.

En début d’année, le fabricant de nacelles sur porteur américain Time Versalift a racheté l’allemand Ruthmann, mais " notre opération est la première centrée sur le marché européen avec des acteurs européens ", précise Charles Goffin, qui " ne s’interdit pas " de saisir de nouvelles opportunités de croissance externe pour positionner FE Group comme un acteur européen incontournable.

Des synergies opérationnelles immédiates

Après une année de discussion pour finaliser le rapprochement, les deux industriels se sont mis au travail, et font déjà jouer les synergies : " Nous étudions actuellement un marché pour l’Afrique : la nacelle et le bras vont être assemblés à Barcelone et l’assemblage sur le porteur va être finalisé à Flavigny. Le client africain veut acheter en France, mais notre positionnement prix était un peu trop haut, donc grâce à cette opération, nous pouvons répondre. On le voit, il y a des synergies opérationnelles immédiates ", détaille le PDG de France Élévateur.

Quand France Élévateur adresse plutôt des grands comptes en jouant sur sa capacité d’innovation, la gamme de Movex est tournée vers des clients de plus petites envergures : " Il y a très peu de recouvrements entre nous ", se félicite Charles Goffin, qui ne devra pas investir un centime pour mettre en ordre de marche sa nouvelle acquisition. " Il y a peu de recouvrements dans nos produits, mais aussi en termes de géographie. Movex est distribué en France par un revendeur, mais ce ne sont pas nos clients. "

Seule ombre au tableau, les " grosses ruptures d’approvisionnement sur les véhicules porteurs ", anticipées par Charles Goffin. " Nous sommes indirectement victimes de la pénurie de composants électroniques au niveau mondial ". Autre frein au développement de l’activité, la hausse du prix des matières premières, qui a atteint " plus de 30 % sur l’acier ", souligne le dirigeant de France Élévateur. " Pour maintenir notre compétitivité, il était urgent de grossir un peu, pour trouver plus de synergies d’achats et optimiser les coûts ".

Charles Goffin a pris les rênes de France Élévateur en juillet 2019.
Charles Goffin a pris les rênes de France Élévateur en juillet 2019. — Photo : Jean-François Michel

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail