Moselle

Industrie

Fimurex Planchers se diversifie et optimise sa production

Par Jean-François Michel, le 05 mai 2021

Le fabricant de poutrelles métalliques pour la construction, Fimurex Planchers vient d’investir dans une nouvelle machine pour produire des panneaux de treillis soudés. Une diversification qui a permis de repenser l’organisation du travail au sein de l’usine.

Fimurex Planchers veut produire jusqu’à 3 200 tonnes de panneaux de treillis soudés.
Fimurex Planchers veut produire jusqu’à 3 200 tonnes de panneaux de treillis soudés. — Photo : Jean-François Michel

"Aujourd’hui, personne ne voudrait revenir en arrière", se félicite Christophe Funck, chef d’équipe chez Fimurex Planchers. L’entreprise, basée à Woippy et qui a réalisé en 2020 30 millions d’euros de chiffre d’affaires avec 83 salariés, vient d’investir 720 000 € dans une nouvelle machine, dédiée à la production de panneaux de treillis soudés, allant jusqu’à une taille de 6 mètres sur 2,4 mètres. Destinés à renforcer des structures de béton, ces panneaux ciblent au final le marché de la construction de "logements collectifs, ainsi que les grands ensembles ou les tunnels", précise Pierre Lambert, le directeur de Fimurex Planchers, qui a embauché trois personnes pour conduire cette nouvelle machine. Une diversification pour l’entreprise, qui fabrique entre 45 000 et 50 000 tonnes de poutrelles métalliques utilisées dans la construction de pavillon.

Le chef d’équipe Christophe Funck (à gauche), au côté du directeur du site Pierre Lambert, vient du monde de l’automobile.
Le chef d’équipe Christophe Funck (à gauche), au côté du directeur du site Pierre Lambert, vient du monde de l’automobile. - Photo : Jean-François Michel

"En lançant cet investissement, nous avons décidé de mettre en place les principes des 5S", précise Pierre Lambert. Une petite révolution dans l’entreprise, dont les opérateurs travaillaient encore avec des caisses à outils. Arrivé du secteur de l’automobile, Christophe Funck a donc mis en place cette technique japonaise d’amélioration continue, basée sur cinq principes : supprimer l’inutile, situer les choses, nettoyer, standardiser les règles et progresser. "L’objectif affiché, c’est de faire passer toute l’usine aux principes des 5S. Actuellement, 30 % de l’outil de production est converti", précise le directeur de Fimurex.

Un carnet plein jusqu’en juin

Après avoir convaincu son équipe, Christophe Funck observe aujourd’hui une adhésion totale : "Les opérateurs sont très demandeurs, s’impliquent dans l’amélioration continue et souhaitent voir d’autres machines conduites par ces principes". S’il est pour l’instant "trop tôt pour mesurer les gains de productivité, assure Pierre Lambert, nous constatons a minima que nous n’avons pas de perte de productivité et que nous ne perdons pas de temps".

Après un exercice 2020 marqué par une baisse de 8 millions d’euros du chiffre d’affaires, dû notamment à trois semaines de fermeture, Fimurex Planchers s’attend à une année 2021 "positive" : "Le carnet de commandes est plein jusqu’en juin", se félicite Pierre Lambert, qui redoutait tout particulièrement de voir les marchés du BTP s’arrêter une nouvelle fois, à l’occasion d’un nouveau confinement dur. "Après le mois d’avril, quand l’usine était à nouveau à 100 % de ses capacités, nous avons pu en partie rattraper le temps perdu", souligne le directeur de Fimurex Planchers.

Avec un objectif affiché de produire 3 200 tonnes de panneaux de treillis soudés, Pierre Lambert entend profiter du dynamisme des chantiers du Grand Paris, ce gigantesque projet urbain imaginé pour faire de la capitale française une métropole de rang mondial, dont le budget devrait dépasser les 100 milliards d’euros. "Nous avons pris la décision d’investir début 2019, pour un démarrage début 2020", précise Pierre Lambert. Si la crise sanitaire a évidemment gêné la mise en production du nouvel équipement, les objectifs "seront tenus" en 2021.

Fimurex Planchers veut produire jusqu’à 3 200 tonnes de panneaux de treillis soudés.
Fimurex Planchers veut produire jusqu’à 3 200 tonnes de panneaux de treillis soudés. — Photo : Jean-François Michel

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail