Industrie

En Lorraine, ArcelorMittal accélère le rythme de production de ses tubes d'acier made in France

Par Jean-François Michel, le 22 avril 2022

Un an après le lancement du label "Véritube", visant à identifier les tubes en acier produits en France, le géant de la sidérurgie ArcelorMittal veut accélérer le rythme de production réalisée sur quatre sites, dont trois en Lorraine.

Pour produire le Véritube, les équipes d’ArcelorMital partent d’une bobine d’acier, qui est repliée puis formée en tube grâce à des galets.
Pour produire le Véritube, les équipes d’ArcelorMital partent d’une bobine d’acier, qui est repliée puis formée en tube grâce à des galets. — Photo : Jean-François Michel

En avril 2021, lors du lancement du label "Véritube" visant à identifier les tubes en acier fabriqués en France, le directeur général d’ArcelorMittal Tubular Products Europe, Sylvain Santrisse, aujourd’hui parti chez Deloitte, confiait au Journal des Entreprises que ce nouveau label devait "non seulement aider à vendre, mais aussi à faire savoir que nous sommes revenus dans la course". Un an après, le géant mondial de la sidérurgie ArcelorMittal (CA : 76,6 Md$ ; 158 000 salariés) se félicite des résultats obtenus : ce label "dépasse déjà ses objectifs de production", note le groupe dans un communiqué.

Doubler la production d'ici 2024

Au passage, le groupe en profite pour confirmer ses "ambitions de contribuer à la réindustrialisation du territoire" et affirme que le marché retrouve de l’intérêt pour "une production de proximité, fruit du savoir-faire industriel français".

La production des tubes acier Véritube est réalisée aujourd’hui sur neuf lignes de production, réparties sur quatre sites en France : Lexy en Meurthe-et-Moselle, Fresnoy dans l’Aisne, Rettel en Moselle et Vincey dans les Vosges. 70 employés, soit six de plus qu’en 2021, sont mobilisés sur le Véritube et le groupe ne cache plus ses ambitions : "L’objectif, avec la montée en puissance des équipes, est de doubler la production d’ici 2024", déclare Adrian Alecu, directeur commercial et marketing ArcelorMittal Europe Tubular Products. Avec ses tubes produits en France, dont 60 % partent à l’export, ArcelorMittal sert les marchés de l’agriculture, de la construction, des équipements industriels ou encore de l’énergie.

La carte de la proximité face à l’argument du prix

Le site de Lexy en Meurthe-et-Moselle, le principal site de production de la gamme Véritube, a produit plus de 4 000 tonnes de tubes labellisés en février 2022, soit quatre fois plus que son rythme moyen de juin à décembre 2021 (1 000 tonnes par mois), et deux fois plus que ses ambitions initiales, qui étaient d’atteindre une moyenne de production de 2 000 tonnes par mois à horizon 2024. "L’accélération de la production confirme nos engagements pour (...) le maintien d’emplois industriels dans le Grand Est, bassin historique de la métallurgie française", indique Stéphane Valentin, porte-parole Véritube France et responsable commercial des sites ArcelorMittal de Vincey et Fresnoy.

Le groupe sidérurgique a mis la main sur le site de Lexy en 2017 : à l’époque, il avait prévu d’investir un million d’euros par an jusqu’en 2024, mais a été contraint d’aller beaucoup plus loin. Le site était en perte de vitesse depuis la crise de 2008. Quelques années plus tard, l’usine de Lexy est devenue "une des plus profitables du groupe sur le tube en France".

Lors du lancement du label Véritube à l’usine de Lexy, François Michalet, le président du Syndicat de l’industrie française du tube d’acier, estimait qu’un industriel capable d’apporter "des garanties sur la valeur créée par ses produits" pouvait avancer d’autres arguments que le prix à ses clients. Face à la concurrence des produits à bas coût venus d’Inde, de Chine ou de Turquie, aujourd’hui empêtrés dans les problèmes de la logistique mondiale, le groupe ArcelorMittal joue crânement la carte de la proximité et affirme, par exemple, que les 7 000 tonnes de tubes Véritube produites entre juin et novembre 2021 "ont déjà permis d’économiser environ 400 000 kilomètres de transport de marchandise par rapport à des tubes fabriqués ailleurs en Europe et importés sur le territoire national".

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition