Moselle

Services

Égalité professionnelle : chez Malézieux, les femmes trouvent peu à peu leur place

Par Jonathan Nenich, le 03 janvier 2020

Comme toute entreprise de plus de 50 salariés, l'entreprise d'assainissement mosellane Malézieux devra publier son index de l'égalité professionnelle en mars 2020. Son directeur général Bernard Nucci voit ce dossier comme une planification à anticiper, plutôt que comme une contrainte à subir. 

Bernard Nucci, directeur général de la société de 180 employés Malézieux, estime que les services supports qui accompagnent l'activité peuvent devenir un frein dans la croissance de l'entreprise.
Bernard Nucci a fait le constat que de plus en plus d'hommes demandaient des aménagements de leurs horaires pour s'occuper de leur famille. — Photo : Jonathan Nenich

À partir de mars 2020, ce sera au tour de Malézieux (190 salariés ; 20 M€ de CA) de publier son index de l’égalité professionnelle, au même titre que l’ensemble des PME de 50 employés. « Notre service RH a commencé à travailler sur ce point en amont, même si nous n’avions pas encore toutes les informations. Administrativement, c’est un dossier très lourd à gérer », expose Bernard Nucci, le directeur général de l'entreprise spécialisée dans l’assainissement.

Si la PME basée à Woippy (Moselle) n’emploie que 20 femmes, elles sont quatre sur 15 à occuper des fonctions d’agents de maîtrise, des postes à responsabilité impliquant la gestion d’équipes. « Nous constatons que les ratios ont tendance à se resserrer depuis sept ou huit ans. C’est une excellente chose, en adéquation avec la société. Nous constatons que les femmes qui managent les équipes parviennent à faire passer les messages plus sereinement et imposent davantage de respect », indique le dirigeant de l’entreprise.

Un index de l'égalité pour faire évoluer les mentalités

Chez Malézieux, l’échelle des salaires est identique, indépendamment du sexe de la personne, seul le poste occupé compte, ainsi que le nombre d’années d’expérience. « Il est indéniable que des inégalités existent. Pour nous, c’est un sujet de planification, certainement pas d’inquiétude. Nous sommes pour la publication de cet index, dans la mesure où il pourrait faire évoluer les mentalités des entreprises réticentes », poursuit Bernard Nucci.

Le directeur général admet toutefois que la féminisation de Malézieux implique des investissements pour l’installation de vestiaires et de sanitaires femmes, quand auparavant ils n’étaient pas nécessaires. Une modification des locaux qui engendre plusieurs dizaines de milliers d’euros de dépenses dans les agences de Verdun et Sarreguemines.

Lors de sa dernière campagne de recrutement, Malézieux a embauché 10 personnes. 20 % d'entre elles étaient des femmes. « Ça va dans le sens des choses », ponctue le dirigeant, qui se réjouit que des femmes s’intéressent à son entreprise.

Bernard Nucci, directeur général de la société de 180 employés Malézieux, estime que les services supports qui accompagnent l'activité peuvent devenir un frein dans la croissance de l'entreprise.
Bernard Nucci a fait le constat que de plus en plus d'hommes demandaient des aménagements de leurs horaires pour s'occuper de leur famille. — Photo : Jonathan Nenich

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail