Metz

Assurance

Dans l'Est, Gras Savoye à la recherche de nouveaux leviers de croissance

Par Lucas Valdenaire, le 03 juin 2021

À la tête de la direction régionale Est du courtier d’assurances Gras Savoye depuis novembre 2020, Christophe Guirten entend réorganiser ses agences, rajeunir ses équipes et dénicher de nouveaux leviers de croissance, dans les vignes du Grand Est ou à l’international.

Christophe Guirten est devenu directeur général de Gras Savoye Grand Est en novembre 2020.
Christophe Guirten est devenu directeur général de Gras Savoye Grand Est en novembre 2020. — Photo : Lucas Valdenaire

C'est désormais lui qui incarne Gras Savoye dans l'Est. Christophe Guirten, Nancéien d'origine, est le nouveau directeur de région Grand Est et Bourgogne Franche-Comté du courtier d’assurances français pour les entreprises (PME, ETI) et les collectivités locales. Depuis quinze ans dans l’entreprise, il a succédé au directeur historique de l’agence régionale, Pierre Simon, en novembre 2020. À Metz se situe le siège de la filiale Est, comptant huit agences et 240 collaborateurs. "La zone Est représente 8 % du business de Gras Savoye, pose Christophe Guirten, et 20 % du business réalisé par les régions sans compter Paris."

Des vignes et des contrats internationaux

Un business qu’il compte relancer, d’abord en renforçant quelques bureaux et notamment celui de Strasbourg, qui ne compte qu’une vingtaine de collaborateurs. "Je mets le poids de mes recrutements à Strasbourg mais nous y allons prudemment par rapport à la situation de marché qui n’est pas facile", confie le directeur. C’est en ce sens qu’un nouveau directeur technique en responsabilité civile et une nouvelle commerciale viennent de rejoindre les équipes alsaciennes. "Il nous faut du sang neuf pour insuffler un nouveau élan, martèle Christophe Guirten. Et cela passe, aussi, par une organisation de travail beaucoup plus à plat, loin de la grande pyramide hiérarchique."

"Notre histoire messine reste une aventure entrepreneuriale familiale avec un ADN de PME locale et indépendante"

Cette refonte managériale s’accompagne d’une réorganisation stratégique pour une entreprise qui compte parmi ses clients de nombreux grands noms du transport, de la logistique, de l’agroalimentaire ou encore de l’industrie sidérurgique et automobile. "Je veux désormais créer une spécialité sur l’assurance des vignes avec nos bureaux à Reims, Strasbourg et Dijon, détaille le dirigeant lorrain. Je souhaite également cibler davantage d’entreprises régionales comptant des implantations à l’étranger. J’en suis certain, nous pouvons gagner de très beaux comptes à l’international."

Des leviers de croissance attendus avec impatience, après une année difficile sur le front du Covid. "En novembre, nous avons été obligés de passer à 100 % de télétravail en 48 heures et nos 27 commerciaux ne pouvaient plus aller voir leurs clients. D’autant que fin 2020, le marché de l’assurance s’est enflammé. Nous nous sommes retrouvés avec des renouvellements en forte hausse et nous avons dû annoncer la douloureuse à nos clients, alors qu’ils n’avaient vraiment pas besoin de ça", retrace-t-il.

Croissance à deux chiffres

Sans oublier le cœur d’activité d’un courtier d’assurance : défendre les intérêts des entreprises clientes. "Dans cette période où les assureurs n’ont pas été fair-play, nous sommes allés au combat pour leur trouver des solutions. Quand on sait que le marché ne donne pas de garantie sur la perte d’exploitation suite à une pandémie, comment défendre nos clients ? Quand des assureurs résilient des pans entiers de leurs portefeuilles parce qu’ils ont des résultats dégradés, comment fait-on pour maintenir des niveaux tarifaires acceptables malgré leurs majorations monstrueuses ? Cela a été un énorme travail de pédagogie et d’accompagnement."

Malgré les turbulences, la société qui affichait 28 millions d’euros de chiffre d’affaires en 2020 sur les deux grandes régions devrait retrouver sa croissance à deux chiffres dès 2022. De quoi renouer rapidement, toujours selon son directeur, avec les trois millions d’euros d’affaires nouvelles en commissions de courtage chaque année. Et dix fois plus en primes d’assurances.

Un rachat en cours par l'américain Gallagher

L'histoire de Gras Savoye dans l'Est a commencé avec le cabinet de courtage de 25 personnes créé par Pierre Simon et installé au centre commercial messin Saint-Jacques. En 2004, la fusion avec Gras Savoye donne naissance à une nouvelle agence de 50 personnes réalisant 5,6 millions d’euros de chiffres d’affaires. Sept ans plus tard, la taille de la filiale a été multipliée par cinq. "Malgré un changement de culture lié au rachat en 2016 de Gras Savoye par Willis Tower Watson, coté en Bourse à New York, notre histoire messine reste une aventure entrepreneuriale familiale, avec un ADN de PME locale et indépendante", aime à rappeler Christophe Guirten.

Et selon lui, cela restera le cas après la fusion annoncée des géants Willis Tower Watson et Aon pour rassembler 100 000 salariés et ainsi devenir le leader mondial du courtage d’assurance et du conseil. Fusion qui pourrait occasionner la vente de 80 % des activités de Gras Savoye France (dont 100 % des activités régionales et donc celles de la zone Est) à l’américain Gallagher. "Cette cession n’aura aucune conséquence pour nous, tient à rassurer le dirigeant mosellan. Si ce n’est une nouvelle stratégie d’entreprise. Mais comme Gallagher n’existe pas en France, ce sera, là encore, à nous de l’écrire."

Christophe Guirten est devenu directeur général de Gras Savoye Grand Est en novembre 2020.
Christophe Guirten est devenu directeur général de Gras Savoye Grand Est en novembre 2020. — Photo : Lucas Valdenaire

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail