Moselle

Industrie

Coronavirus : Verrissima développe des cloisons en verre pour se protéger

Par Jonathan Nenich, le 11 mai 2020

En pleine crise sanitaire, la miroiterie Verrissima a mis au point un nouveau produit 100 % made in France : des cloisons en verre pour permettre de se protéger du virus. En 72 heures, l’entreprise lorraine a déjà vendu 400 Hygia-Protect et les commandes s’accroissent.

Jonathan Metz, dirigeant de Verrissima.
Jonathan Metz ne s'attendait pas à recevoir une telle demande pour son nouveau produit : Hygiena-Protect. — Photo : © Verrissima

La miroiterie Verrissima (140 salariés ; 15 millions d’euros de chiffre d’affaires), basée à Goetzenbruck en Moselle, façonne, depuis quelques jours, des cloisons de verre pour protéger des risques de propagation du Covid-19. À destination des banques, des commerces, des collectivités, ce nouveau produit, Hygia-Protect, est réalisé dans l’usine de Trempe en Alsace, avant d’être distribué depuis le site mosellan. « Nous tournions au ralenti, à 50 % de nos capacités sur notre site alsacien. Désormais nous sommes à 100 % », expose Jonathan Metz, dirigeant de l’entreprise spécialisée dans la fabrication de verre. Pour créer Hygia-Protect, Verrissima a dû adapter ses lignes de production. Une transformation qui n’a pas nécessité d’investissements puisque la miroiterie peut compter sur son grand four pour produire ces barrières en verre qui font l’objet d’une demande croissante. « Notre façon de commercer va changer de manière drastique pendant un très long moment. Nous devons adapter les entreprises, collectivités, commerces, institutions à un nouveau mode de travail. Les acteurs l’ont compris et s’équipent », indique Jonathan Metz.

400 cloisons de verre commandées en 72 heures

En trois jours, Verrissima a vendu plus de 400 verres de protection et croule sous les commandes qui proviennent du Grand Est, de Toulouse, de Bordeaux mais aussi de pays européens comme la Suisse. L’hôpital de Mercy à Metz fait partie des tous premiers clients de la marque.

« Notre façon de commercer va changer de manière drastique pendant un très long moment. »

Si la miroiterie ne se fixe pas d’objectifs chiffrés dans cette nouvelle production - puisque ce nouveau développement avait pour vocation initiale de venir compenser le manque d’activité, Hygia-Protect « pourrait constituer une diversification d’activité à long terme, précise Jonathan Metz. Mais nous conservons aussi nos activités historiques, à savoir les techniques de transformation du verre : fenêtres, vitraux, parois de douche, portes en verre ou crédences. » Ainsi, si la demande de barrières en verre venait à se développer dans le temps, l’entreprise pourrait embaucher du personnel supplémentaire.

Le succès actuel du produit tient notamment au fait que la production soit 100 % française, au délai de livraison qui n’excède pas 24 heures, mais aussi au matériel utilisé : le verre. « Le plexyglas provient de Chine et n’est pas durable dans le temps. Il se raye facilement. Le verre est résistant, écoresponsable, simple à nettoyer », conclut le chef d’entreprise.

Jonathan Metz, dirigeant de Verrissima.
Jonathan Metz ne s'attendait pas à recevoir une telle demande pour son nouveau produit : Hygiena-Protect. — Photo : © Verrissima

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail