Moselle

Distribution

Comment le distributeur de boissons Groupe Rega traverse la crise sans activité

Par Jonathan Nenich, le 19 mai 2020

Le groupe Rega, distributeur de boissons basé à Woippy (Moselle), devrait voir son chiffre d’affaires chuter de moitié en 2020. Avec tous ses sites fermés, l’entreprise dirigée par Gilles Claudel traverse la crise depuis deux mois sans activité. Le dirigeant tente de rester optimiste.

Gilles Caludel, dirigeant du groupe Rega.
Gilles Claudel n'a toujours pas pu reprendre l'activité de son groupe, malgré le déconfinement. Une situation qui pourrait durer. — Photo : © groupe Rega

Sept sites de distribution dans le Grand Est. Tous fermés. Avec 95 % d’activité en moins, le groupe Rega, distributeur de boissons dans la région, n’assure plus que les commandes à des Ehpad et des hôpitaux du territoire. « Le moral n’est pas au beau fixe. Le déconfinement a eu lieu mais nous, nous sommes toujours à l’arrêt, avec pour ainsi dire zéro activité », relate Gilles Claudel, dirigeant de l’entreprise basée à Woippy (Moselle). Les chiffres sont vertigineux : au sein du groupe Rega, seuls 5 des 180 salariés continuent de travailler pour assurer les services RH et le peu de logistique à se mettre sous la dent. Pour 2020, le chiffre d’affaires va vraisemblablement passer de 52 à 26 millions d’euros. « Nous ne sommes pas sur un marché que nous pouvons décaler. Tout ce qui est perdu l’est pour de bon… », déplore Gilles Claudel.

Un destin lié à la filière des cafés, hôtels et restaurants

L’activité du distributeur est profondément liée à celle des cafés, hôtels, restaurants. « Nous, les distributeurs de boissons, devons être considérés comme des acteurs de cette filière dont nous sommes partie intégrante. Notre principal problème est que nous ne pouvons nous projeter. Pas de date de réouverture, aucune indication sur comment les CHR vont pouvoir reprendre leur activité : à 20, 50, 70, 100 % ? Toutes ces informations sont pourtant primordiales », regrette le dirigeant qui comprend toutefois la fermeture mais estime que « certains établissements pourraient rouvrir, à l’image de certains commerces. »

L’art de trouver avantage en toute situation

Gilles Claudel tâche toutefois de voir le verre à moitié plein. Le groupe Rega va capitaliser sur la crise du mieux possible : en s’assurant un déménagement confortable puisque le chantier de ses nouveaux locaux, à Lesménils (Meurthe-et-Moselle) bien qu’arrêtés durant deux mois, a fini par reprendre et sera achevé mi-juillet. La baisse d’activité dans la durée pourra au moins permettre de s’organiser, de prendre de nouvelles marques, dans des conditions idéales. Le bâtiment, résultat d’un investissement de cinq millions d’euros réunira les 70 salariés des sites de Woippy et Ludres (Meurthe-et-Moselle). « Nos salariés vont revenir au compte-gouttes, en fonction de l’activité. Comme pour chaque site du groupe », prévient quand même le chef d’entreprise.

Le concurrent de France Boisson dans le Grand Est a aussi mis à profit la période de confinement pour accélérer son virage digital afin d’améliorer ses relations clients, mais également pour travailler sur les produits de reprise. « Nous allons proposer des boissons spécifiques à la vente à emporter et travaillons sur la présentation d’un rosé d’été », affirme celui qui a racheté le groupe Rega en 2008. « L’arrêt est conjoncturel et non structurel. C’est un stop and go. Nous sommes confiants dans l’avenir. À moyen terme, notre activité reviendra, avec de nouvelles habitudes de consommation. Nous avons conscience de la force de notre métier », ponctue le dirigeant. La Fédération nationale des boissons (FNB) a d’ailleurs déjà livré un guide sanitaire de retour au travail, véritable document fil rouge pour le distributeur mosellan. En attendant de pouvoir trinquer au retour aux affaires, le groupe Rega continue de jouer la carte de la solidarité en offrant des boissons à des établissements sanitaires.

Gilles Caludel, dirigeant du groupe Rega.
Gilles Claudel n'a toujours pas pu reprendre l'activité de son groupe, malgré le déconfinement. Une situation qui pourrait durer. — Photo : © groupe Rega

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail