Metz

Finance

Témoignage Comment la start-up SESAMm a tiré parti de sa participation à un grand salon de la Fintech

Par I.S., le 18 mai 2017

La start-up messine SESAMm a participé, avec huit autres start-up françaises, au French Fintech Tour à Londres et Dublin en avril. Elle organise en ce moment une levée de fonds de 3 millions d'euros.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Londres, Dublin, et bientôt New York dans le courant du mois de mai. Sylvain Forté, P-dg et co-fondateur de la start-up SESAMm, multiplie les rendez-vous et les conférences dans le domaine de la Fintech (technologies financières). « Nous avons participé du 4 au 6 avril dernier au French Fintech Tour à Dublin et Londres, organisé par Business France. Nous étions la seule start-up du Grand Est à être présente, parmi huit start-up sélectionnées dans l'Hexagone », confirme Pierre Rinaldi, directeur de l'exploitation et co-fondateur de SESAMm. « L'événement s'est déroulé dans les sièges sociaux de Capgemini et de Facebook, au sein des activités intelligence artificielle. 12 rendez-vous étaient notamment organisés le premier jour. Nous avons rencontré de grandes banques mondiales dans le domaine de la finance, comme Goldman Sachs, JPMorgan ou Bank of China. » SESAMm a également rencontré des fonds de capital-risque américains, « et nous sommes actuellement entrés en discussions très avancées avec des acteurs intéressés par notre produit », ajoute Pierre Rinaldi, qui souhaite préserver l'identité des contacts en cours. Installée à la pépinière d'entreprises Synergie Lorraine, la start-up messine créée en 2014 est spécialisée en intelligence artificielle, et plus précisément développe des algorithmes capables d'anticiper les cours de la bourse grâce à ses analyses des réseaux sociaux.

Un effectif d'une vingtaine de personnes avant l'automne

« Nous avons d'ailleurs profité de notre présence au French Fintech Tour pour présenter notre nouveau produit « L'Humeur des Marchés », poursuit Pierre Rinaldi. « Il s'agit d'un service web de visualisation des émotions relatives aux actifs financiers. Grâce à ce nouveau type d'informations, la prise de décision d'investissement est améliorée pour les acteurs financiers. » SESAMm a profité de sa présence au French Fintech Tour pour poursuivre le tour de table de sa seconde levée de fonds qui doit être bouclée avant l'été. « Elle sera à hauteur de 3 millions d'euros. 1,5 million est déjà réservé et nous poursuivons les discussions pour la deuxième moitié. Nous voulons être sélectifs sur les fonds d'investissements qui intégreront le tour de table. Nous nous tournons vers ceux qui sont spécialisés dans des thématiques Fintech, car ils ont très souvent des réseaux de distribution et apportent de la crédibilité supplémentaire. »

Du côté du business généré lors du French Fintech Tour, « l'objectif est de vendre un maximum de licences avant le début de l'été. Derrière nos produits il y a une grande valeur ajoutée en termes de technologie. Pour réaliser la plateforme, plus de 60 000 sources de données différentes sont branchées, nous achetons la Data, ce qui a un coût conséquent. L'objectif pour cette année est d'atteindre un chiffre d'affaires entre 500 000 euros et 1 million d'euros. Concrètement nous vendons des licences à nos clients suivant leurs besoins, il s'agit quasiment d'un service sur-mesure. Nous continuons de recruter (l'effectif est actuellement de 13 personnes, Ndlr). Nous devrions atteindre un effectif d'une vingtaine de personnes avant la fin de l'été. Nous sommes également soutenus par la Région Grand Est et CCI International, notamment dans notre développement à l'international, avec une subvention de 30 000 euros ». SESAMm a aussi ouvert une succursale à Paris et possède un bureau commercial au Luxembourg. La start-up devrait s'implanter à Londres fin 2017 et à New York en 2018.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition