Nancy

Santé

Codexial va investir dans une unité de production

Par Jean-François Michel, le 08 février 2018

Revendiquant la place de numéro 1 français sur le marché des excipients dermatologiques pour préparations magistrales, Codexial Dermatologie s’apprête à un prendre un tournant majeur en réintégrant sa production.

« Dès 2019, nous retrouverons le chemin de la croissance », affirme Pierre Treffel, président et fondateur de Codexial Dermatologie. — Photo : Codexial Dermatologie

« Nous sommes sur une niche de marché. Et une niche, par définition, c’est petit. Il faut maintenant en sortir », détaille Pierre Treffel, président de Codexial Dermatologie. Installé depuis 2017 dans un bâtiment mêlant bois, béton et aluminium sur le Technopôle de Nancy-Brabois, la société étudie la possibilité de faire sortir de terre une unité de production accolée à ses locaux.

Actuellement, les produits de Codexial Dermatologie sont développés en interne, puis la production est sous-traitée : « On trouve des façonniers partout en France », souligne Pierre Treffel. « Mais quand nous dévoilons nos recettes, nous transmettons aussi notre savoir-faire, et nous perdons en flexibilité. Cette nouvelle unité nous permettra de maîtriser la totalité de la chaîne de fabrication, allant de la conception du produit à sa production. »

Entre 3 et 5M€ d’investissement

La capacité de cette unité sera de 2 à 5 millions d’unité par an, sachant que Codexial est actuellement « sous le million », précise Pierre Treffel. Le président de Codexial Dermatologie se laisse jusqu’en janvier 2020 pour prendre la décision de se lancer dans ce projet, dont l’investissement sera compris entre 3 et 5 millions d’euros.

Lancé en 2007, Codexial Dermatologie a connu depuis lors des croissances à deux chiffres, pour atteindre les 9 M€ : « Mais nous sommes une vieille industrie », insiste Pierre Treffel. « Nous devons réinterroger notre modèle pour continuer à nous développer ». En 2015, Codexial a mis sur le marché un médicament destiné au traitement de la gale et est devenu laboratoire pharmaceutique. En 2017, l’incidence de la gale était en baisse en France, un événement conjoncturel qui a entraîné une baisse des ventes du médicament.

Objectif : 14 M€ de CA

« Notre croissance va se stabiliser en 2017 ainsi qu’en 2018 », prévoit Pierre Treffel. « Pour autant, dès 2019, nous retrouverons le chemin de la croissance ». Le plan stratégique de l’entreprise prévoit d’atteindre 14 M€ de chiffre d’affaires en 2020. Un objectif ambitieux, qui s’appuie sur trois axes : la mise sur le marché de nouveaux produits, de nouveaux packagings ainsi que le recrutement de nouveaux délégués pharmaceutiques. « Nous allons passer de 6 à 12 délégués pharmaceutiques », souligne le président de Codexial. « En trois ans, notre objectif est de passer de 1 000 à 2 500 clients pharmaciens. »

Un plan stratégique qui devrait consommer entre 2 et 4% du chiffre d’affaires : « Une enveloppe que nous allons pouvoir autofinancer », souligne Pierre Treffel. Parmi les pistes de développement à plus long terme, le docteur Treffel veut lutter contre le vieillissement prématuré de la peau chez les femmes qui souffrent de pathologies. Un développement qui passera par une étude clinique, « longue et coûteuse », reconnaît le dirigeant de Codexial, « Mais nous poussons tous les curseurs pour continuer à nous développer ».

« Dès 2019, nous retrouverons le chemin de la croissance », affirme Pierre Treffel, président et fondateur de Codexial Dermatologie. — Photo : Codexial Dermatologie