Meurthe-et-Moselle

Réseaux économiques

Christine Bertrand lance sa candidature à la présidence de la CCI de Meurthe-et-Moselle

Par Jean-François Michel, le 17 mars 2021

En Meurthe-et-Moselle, le Medef et la CPME viennent de lancer un collectif pour bâtir une liste autour de la candidature de Christine Bertrand à la présidence de la chambre de commerce et d'industrie cet automne.

Christine Bertrand, candidate à la présidence de la CCI de Meurthe-et-Moselle, rejette le modèle "à l'anglo-saxonne" d'une CCI qui fait payer ses prestations.
Christine Bertrand, candidate à la présidence de la CCI de Meurthe-et-Moselle, rejette le modèle "à l'anglo-saxonne" d'une CCI qui fait payer ses prestations. — Photo : Agence Angata

"Revenir aux valeurs fondatrices de la CCI. Voilà l’essence du projet que je veux porter." Actuelle présidente déléguée du Medef de Meurthe-et-Moselle, Christine Bertrand vient de lancer sa candidature à la présidence de la chambre de commerce et d’industrie départementale. Une candidature qui va se structurer autour d’une association créée par le Medef et la CPME locaux, appelée "Tous CCI 54" et présidée par Sylvie Petiot (ancienne présidente de la FBTP 54 et ancienne adjointe à la mairie de Nancy), qui doit permettre de recueillir à la fois les candidatures destinées à structurer une future liste et les bonnes idées pour faire évoluer la CCI.

Budgets contraints

"Pour l’instant, nous avons l’embryon d’un projet", reconnaît Gilles Caumont, le président du Medef 54, qui veut avant tout "affirmer la présence des entreprises au sein de la CCI." Pour le président de la CPME 54, Franck Bersauter, la chambre doit être "plus ouverte", doit pouvoir "démontrer son efficacité" et se mettre "au service des entreprises". Tous les acteurs économiques déjà rassemblés autour dans le collectif "Tous CCI 54" rejettent le modèle "à l’anglo-saxonne" d’une CCI qui fait payer ses prestations et qui crée des filiales, mais reconnaissent que la question des financements "pose problème".

Actuellement, seuls 10 % des 32 millions d’euros de budget de la CCI 54 proviennent de la fiscalité. "Tout n’est pas à jeter dans ce qui a été fait lors de la précédente mandature", précise Christine Bertrand. "Pour retrouver des budgets, nous allons notamment nous inspirer de ce qui a été fait ailleurs, dans les CCI qui ne sont pas gérées comme des entreprises."

La liste des 33 candidats rassemblés par le collectif "Tous CCI 54" doit être remis à la préfecture d'ici au 25 septembre. Le programme sera dévoilé fin juin. Martial Munier, qui représente l’UIMM Lorraine dans le collectif, regrette l’opposition de deux listes "dans une période compliquée, qui aurait nécessité l’union de tous les acteurs économiques".

Christine Bertrand et la liste issue du collectif "Tous CCI 54" vont en effet être opposés au président sortant, François Pélissier, qui se représente sans l’appui d’un syndicat patronal et des branches professionnelles. L’actuel locataire du 51 rue Stanislas à Nancy est accusé par le collectif d’avoir tourné le dos aux syndicats patronaux et de piloter la CCI de façon "trop solitaire".

Christine Bertrand, candidate à la présidence de la CCI de Meurthe-et-Moselle, rejette le modèle "à l'anglo-saxonne" d'une CCI qui fait payer ses prestations.
Christine Bertrand, candidate à la présidence de la CCI de Meurthe-et-Moselle, rejette le modèle "à l'anglo-saxonne" d'une CCI qui fait payer ses prestations. — Photo : Agence Angata

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail