Grand Est

Automobile

Car Avenue : l'Européen qui s'appuie sur son ancrage local

Par Jean-François Michel, le 05 décembre 2018

Sous l’impulsion de son président, Stéphane Bailly, le groupe lorrain Car Avenue vient de rentrer dans le top cinq des plus gros groupes de distribution de voitures français. Déjà implanté en Belgique et au Luxembourg, le dirigeant voit toujours plus loin, tout en conservant la « proximité » qui a fait son succès.

Stéphane Bailly (au centre, avec la cravate), entouré de 24 des 120 apprentis qui travaillent actuellement dans son groupe.
Stéphane Bailly (au centre, avec la cravate), entouré de 24 des 120 apprentis qui travaillent actuellement dans son groupe. — Photo : © Jean-François Michel

En 2018, Car Avenue a fait son entrée dans le top 5 des plus gros groupes de distribution de voitures français. « Nous sommes aussi européens », souligne Stéphane Bailly, le président du groupe lorrain, qui pèse 1,2 milliard de chiffre d’affaires, emploie 1 850 personnes et a vendu 55 000 véhicules. Celui qui a lancé en 2006 l’expansion de l'entreprise vers la Belgique, le Luxembourg et lorgne désormais l’Allemagne : « Nous sommes attentifs aux opportunités », lâche le dirigeant. Si l’histoire entrepreneuriale des Bailly reste attachée à la marque Peugeot et la première concession de Metz, Stéphane Bailly a su se tourner vers de nouvelles marques, permettant de renforcer l’offre du groupe, notamment dans le haut de gamme.

Logique territoriale

Une stratégie qui a marqué le signal de départ pour le déploiement du réseau, qui aujourd’hui sur 72 concessions. Mais le développement du groupe Car Avenue obéit toujours à une logique de « proximité », très importante aux yeux de son dirigeant : « La proximité, c’est avec nos clients et nos salariés », appuie Stéphane Bailly, qui a aussi renforcé les process de son groupe en gardant une logique territoriale. Les 12 000 m2 de la plateforme logistique de Lesménils, en Meurthe-et-Moselle, qui abritent 40 000 références, servent toutes les concessions du groupe en Lorraine et bientôt au Luxembourg. « Nous avons déjà eu des appels du pied pour racheter des concessions loin de nos bases. Mais ce n’est pas notre stratégie », affirme celui qui va encore investir 8 M€ à Metz, pour faire sortir de terre une nouvelle concession de 8 000 m2, rassemblant les marques Peugeot, Citroën et DS, sur les anciens parkings de l’usine PSA.

Pas d’emballement dans le développement, car Stéphane Bailly anticipe déjà les évolutions de son métier : « La complémentarité de nos marques ainsi que nos implantations géographiques nous permettront de répondre aux évolutions de la mobilité, en allant notamment vers de nouvelles offres de services comme le car sharing par exemple ». L’autopartage donc, où la propriété du véhicule devient anecdotique, mais aussi le véhicule électrique, rien n’effraie Stéphane Bailly : « Nous sommes prêts à relever tous les défis de la mobilité ».

Un parcours au sein du groupe

Une confiance qui s’appuie aussi sur ses équipes. Entouré par 24 apprentis fraîchement diplômés rassemblés dans la plateforme logistique de Lesménils, le dirigeant du groupe Car Avenue arbore un grand sourire : « L’engagement pour l’apprentissage, c’est une culture d’entreprise, mais c’est aussi celui de mon père, qui recevait tous les nouveaux apprentis dans son bureau ». Aujourd’hui, Car Avenue emploie 129 alternants dans ses rangs, « soit près de 8 % de l’effectif, le double de l’obligation légale », souligne Stéphane Bailly. Et quand le patron lance à ses jeunes recrues « c’est un parcours qui vous attend chez Car Avenue », ce ne sont pas que des mots : le numéro deux du groupe, Martial Pidolle, a commencé par l’apprentissage dans la mécanique automobile. Stéphane Bailly travaille à l'ouverture d'un centre de formation au sein du groupe : « C’est un projet qui doit aboutir dans les deux années à venir ».

Stéphane Bailly (au centre, avec la cravate), entouré de 24 des 120 apprentis qui travaillent actuellement dans son groupe.
Stéphane Bailly (au centre, avec la cravate), entouré de 24 des 120 apprentis qui travaillent actuellement dans son groupe. — Photo : © Jean-François Michel