Meuse

Commerce

Beegift renonce à une partie de ses commissions pour soutenir le commerce local

Par Jean-François Michel, le 08 septembre 2021

Créatrice d’un chèque-cadeau dématérialisé, Beegift renforce son soutien au commerce local : 100 % de la valeur des bons-cadeaux émis pour relancer l’économie de proximité lors de la crise du Covid-19 a été reversée aux commerçants.

Cédric Caron (à droite) fondateur de Beegift, et Arnaud Lepage, le directeur général de la société meusienne installée à Commercy.
Cédric Caron (à droite) fondateur de Beegift, et Arnaud Lepage, le directeur général de la société meusienne installée à Commercy. — Photo : Jean-François Michel

En pleine crise du Covid, le fondateur de Beegift, Cédric Caron, a pu mesurer l’ampleur de la détresse des commerçants locaux : "Ma sœur tient un commerce et j’ai été confronté à cette question : que faire pour l’aider ?". Installée à Commercy, dans la Meuse, Beegift développe depuis octobre 2017 une plateforme transactionnelle destinée aux commerçants locaux et permettant d’émettre des chèques cadeaux dématérialisés.

Un outil imaginé pour soutenir l’économie locale qui compte 14 000 commerçants inscrits à travers toute la France, a déjà été utilisé par 500 000 porteurs de ces chèques 2.0 et gère des transactions pour une valeur de 3 millions d’euros chaque mois. Le modèle économique de l’entreprise s’appuie sur la collecte de commissions allant de 5 à 8 % de la valeur faciale des chèques. "Dans le cadre des opérations de relance de l’économie, nous avons décidé de renoncer à nos commissions", dévoile Arnaud Lepage, le directeur général de Beegift.

La société, qui reste discrète sur son chiffre d’affaires, a ainsi fait une croix sur "plusieurs centaines de milliers d’euros" : "C’est une démarche militante que nous assumons entièrement", assure Cédric Caron. Le dirigeant a entamé le travail pour faire de sa société une "entreprise à impact", un statut informel se rapprochant de la société à mission, tel que défini par la loi pacte du 22 mai 2019, et inscrivant des objectifs sociaux et environnementaux dans un modèle économique.

Des chèques-cadeaux captés par la grande distribution

S’appuyant actuellement sur une équipe de neuf personnes, Beegift a atteint le seuil de rentabilité sur le dernier exercice : "Nous sommes à la recherche d’un partenaire financier qui saura s’inscrire dans la durée, tout en étant capable de nous faire changer d’échelle et de rester en accord avec nos valeurs", précise Arnaud Lepage, qui a conscience de s’attaquer à un marché très important en valeur, mais très verrouillé par des acteurs solidement installés. "Les derniers chiffres publiés montrent que le marché du chèque-cadeau en France pèse entre 4 et 7 milliards d’euros, et c’est presque l’intégralité de cette somme qui est dépensée dans la grande distribution", détaille le directeur général de Beegift.

Embarquée dans le programme Action cœur de ville, financé à hauteur de 5 milliards d’euros par la Banque des territoires, Action logement et l’Agence national de l’habitat, programme visant à redynamiser le tissu économique des centres-villes de taille moyenne, Beegift joue la carte du local depuis le premier jour. Un discours qui vient de convaincre la plateforme web dédiée à l’animation des CSE, Comitéo : avec 3 500 CSE et 4 millions de salariés représentés, la plateforme, qui pèse 40 millions d’euros de chiffre d’affaires, vient d’intégrer Beegift à son catalogue. "C’est une très bonne piste de développement", assure Cédric Caron, qui veut aussi multiplier les cas d’usage des chèques cadeaux Beegift : "Nous en comptons déjà plus de 60", se félicite le dirigeant, qui mise aussi sur la reprise du tourisme international pour doper l’activité.

Avant la crise du Covid, Beegift avait en effet développé une solution permettant aux touristes chinois de payer avec leur smartphone dans les commerces parisiens. "Un test avec deux groupes d’une cinquantaine de touristes chinois devait être mené en mars 2020. Pour nous, c’est toujours une opportunité de développement".

Cédric Caron (à droite) fondateur de Beegift, et Arnaud Lepage, le directeur général de la société meusienne installée à Commercy.
Cédric Caron (à droite) fondateur de Beegift, et Arnaud Lepage, le directeur général de la société meusienne installée à Commercy. — Photo : Jean-François Michel

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail