Grand Est

Réseaux

BarterLink veut accélérer dans le Grand Est

Par Jean-François Michel, le 31 octobre 2019

A mi-chemin entre le troc et la place de marché numérique, BarterLink veut être un créateur de business pour les entreprises. Le fondateur du réseau , Sylvain Lhommée, était à Nancy pour expliquer le concept.

Marie-José Davanzo, vice-présidente de la CCI, a signé l'adhésion de la vénérable maison au réseau BarterLink, représenté par son fondateur, Sylvain Lhommée.
Marie-José Davanzo, vice-présidente de la CCI, a signé l'adhésion de la vénérable maison au réseau BarterLink, représenté par son fondateur, Sylvain Lhommée. — Photo : © Jean-François Michel

Le fondateur de BarterLink, Sylvain Lhommée, était à Nancy en octobre pour accélérer le développement de son réseau de ressources dans le Grand Est. « Nous sommes 600 entreprises dans le réseau au total, avec une à deux nouvelles entreprises chaque jour », précise Sylvain Lhommée, qui a lancé BarterLink il y a 4 ans et ne cache pas ses ambitions : « Nous serons 2 000 d’ici à la fin de l’année et 10 000 en 4 ans ». Constitué à 90% de TPE et de petites PME, le réseau est structuré comme une place de marché, ouverte à tous les actes de commerce, où l’unité de compte s’appelle le « Link ». « Il s’agit d’organiser le troc entre entreprises », résume Sylvain Lhommée, qui estime que les sociétés qui utilisent intensément le système peuvent générer de « 8 à 10% de chiffre d’affaires supplémentaires ». Apparu dans les années 30 aux Etats-Unis, le concept du « Barter » est très implanté dans les pays anglo-saxons mais reste encore confidentiel en France. Dans le Grand Est, le développement du réseau repose sur les épaules de Dominique Sacco. Face aux dirigeants lorrains rassemblés à la CCI du Grand Nancy pour mieux comprendre le système, Sylvain Lhommée a rappelé que le sous-jacent comptable du système était un « paiement par compensation » et que le réseau se finançait grâce à un abonnement à 30€ par mois et des commissions de 5% sur les échanges : « C’est un outil de financement complémentaire en bas de bilan », estime le créateur de BarterLink, qui insiste sur la possibilité de valoriser des actifs sous-utilisés dans une entreprise.

Marie-José Davanzo, vice-présidente de la CCI, a signé l'adhésion de la vénérable maison au réseau BarterLink, représenté par son fondateur, Sylvain Lhommée.
Marie-José Davanzo, vice-présidente de la CCI, a signé l'adhésion de la vénérable maison au réseau BarterLink, représenté par son fondateur, Sylvain Lhommée. — Photo : © Jean-François Michel

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.