Pays de la Loire

Réseaux

Zéro plastique et covoiturage : les nouvelles priorités des Dirigeants Responsables de l'ouest

Par Amandine Dubiez, le 24 juin 2019

Expérimenter du covoiturage entre entreprises, partager les bonnes pratiques pour réduire l'utilisation du plastique mais aussi encourager les sociétés à inscrire leur mission dans leur objet social. Voici quelques uns des nouveaux chantiers lancés par l'association des Dirigeants Responsables de l'Ouest. Les 105 membres en discuteront ce jeudi 27 juin avec Nicolas Hulot, invité de la deuxième édition de l'Université de l'Economie Responsable, près de Nantes.

A gauche : Karen Hugé, délégué générale de DRO et Lionel Fournier, président des Dirigeants Responsables de l'ouest.
A gauche : Karen Hugé, délégué générale de DRO et Lionel Fournier, président des Dirigeants Responsables de l'ouest. — Photo : JDE

Comment rendre sa PME plus écologique ? Quelles actions menées pour faire grandir son entreprise en respectant l’environnement ? C’est en somme les questions que se sont posées les 105 dirigeants membres des Dirigeants Responsables de l’Ouest, l’association qui réunit des entrepreneurs des Pays de la Loire et Bretagne qui placent la RSE au cœur de leur stratégie. « Face à l’urgence environnementale », comme l’explique Lionel Fournier président des DRO et directeur de la région Atlantique d’Harmonie Mutuelle, les membres du réseau- de Armor à Connexing en passant par Aplix, Sigma ou le groupe Cetih-ont décidé d’adopter un plan stratégique ambitieux pour les trois prochaines années.

Ils se sont fixé cinq chantiers prioritaires pour 2021. Le premier concerne la mobilité à Nantes. Le but est d’expérimenter de nouveaux usages pour limiter le plus possible les déplacements en voiture. « Nous allons tenter de mutualiser les espaces de travail pour encourager les salariés à moins se déplacer, surtout entre le Nord Loire et le Sud Loire », avance par exemple Lionel Fournier. « Nous voudrions aussi tenter de lancer du covoiturage entre entreprises et mutualiser par exemple des flottes de véhicules électriques », ajoute Philippe Oleron.

Partager les bonnes pratiques sur le plastique

Le deuxième chantier concerne le plastique. « C’est un projet qui dépasse DRO et qui doit rassembler le plus d’entreprises possible. Nous voudrions partager les solutions de remplacement, les alternatives déjà mises en place par d’autres entreprises. Nous pourrions aussi identifier les sujets les plus sensibles : dans l’agroalimentaire par exemple, les alternatives au plastique ne sont pas toujours au point. Nous pourrions tenter d’agir collectivement », explique Philippe Oleron, président du Groupe Sigma.

Jouer collectif, expérimenter ensemble, c’est le nouveau credo de ce plan stratégique. « Les 10 dernières années, les membres ont lancé des initiatives individuelles dans leur société, que ce soit des innovations sur des produits plus respectueux de leur environnement comme Armor ou Florentaise, ou des innovations sur la gouvernance comme l’entrée au capital des salariés ou la généralisation du télétravail », observe Philippe Oleron. « Il faut que l’on additionne encore plus nos compétences et nos besoins », analyse Karen Hugé, déléguée générale des DRO.

Nicolas Hulot invité de l’Université de l’Économie responsable

Tous ces sujets, ils en discuteront avec Nicolas Hulot, ce jeudi 27 juin. L’ancien ministre de la Transition écologique marque ainsi son retour près de la Zad de Notre-Dame-des-Landes, en tant qu’invité de la deuxième édition de l’Université de l’Économie Responsable organisé par l’association des dirigeants sur le site Open Lande, à Vigneux-de-Bretagne. L’événement affiche complet depuis des semaines. Les 250 participants, tous des dirigeants responsables, espèrent ainsi être challengés sur leurs projets. Ils s’inspireront pendant deux jours des témoignages des membres du Collège de France mais aussi de la philosophe Vinciane Deprest ou du botaniste Romaric Perrocheau pour élaborer de nouvelles actions.

Ce sera l’occasion d’encourager les membres à définir leur mission et à l’inscrire dans l’objet social de l’entreprise. « L’entreprise à mission », c’est l’autre chantier prioritaire des DRO. Pour le moment, une dizaine d’entreprises se sont lancées en France dont Connexing, à Nantes.

Un réseau qui essaime de Brest à La Rochelle

Fondé en 2010 par Hubert de Boisredon, Yann Rolland, président du groupe Cetih et Christian Lafarge, directeur du développement durable chez Remy Cointreau, Le Réseau DRO compte aujourd’hui 105 membres à Nantes et continuent d’essaimer dans l’Ouest. Une antenne devrait s’ouvrir à Brest mais aussi à La Rochelle après celles de Rennes et Angers. Pour intégrer le réseau DRO, les dirigeants doivent envoyer leur candidature qui est ensuite soumise à approbation d’un jury. « Nous sélectionnons les entreprises de toute taille, où nous sentons que les dirigeants sont prêts à s’engager. Il nous est arrivé de refuser certaines candidatures de grandes entreprises où ce n’était pas le cas », souligne un des membres du réseau.

A gauche : Karen Hugé, délégué générale de DRO et Lionel Fournier, président des Dirigeants Responsables de l'ouest.
A gauche : Karen Hugé, délégué générale de DRO et Lionel Fournier, président des Dirigeants Responsables de l'ouest. — Photo : JDE

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.