Nantes

Ingénierie

Yves Gillet passe la main à Denis Pourlier-Cucherat à la direction opérationnelle de Keran

Par David Pouilloux, le 22 juin 2022

Yves Gillet était à la tête de Keran depuis 40 ans. Il reste le président du groupe, mais vend 35,5 % de ses parts à ses cadres et confie la direction opérationnelle du groupe à Denis Pourlier-Cucherat. Par ailleurs, la société devient entreprise à mission.

Denis Pourlier-Cucherat prend la direction opérationnelle de Keran, mais Yves Gillet reste président du groupe nantais.
Denis Pourlier-Cucherat prend la direction opérationnelle de Keran, mais Yves Gillet reste président du groupe nantais. — Photo : David Pouilloux

Yves Gillet a 67 ans. Il préparait la transmission de son entreprise depuis 4 ans. Mais le Covid étant passé par là, le passage de relais a dû attendre. C’est désormais officiel, Denis Pourlier-Cucherat prend la tête de la direction opérationnelle du groupe Keran, lui qui était jusqu’alors le directeur général de SCE, la principale entité du groupe qui en compte cinq. "Avant de rejoindre Keran il y a deux et demi, j’ai passé 13 ans au sein de BG Ingénieurs Conseils", précise le nouveau presque numéro 1 du groupe.

En effet, le charismatique patron de Keran reste président du groupe, mais réduit considérablement la voilure de son activité. "Je vais me consacrer à la stratégie, l’innovation et la veille, dit-il. Il était temps de changer de génération et de trouver un nouveau leader."

L’actionnariat se réorganise également. Alors qu’Yves Gillet possédait 75 % de son groupe, il a vendu 35,5 % de ses parts à un groupe de cadres de l’entreprise. Il conserve ainsi 39,5 % du capital de Keran. Un vrai succès, puisqu’aujourd’hui 85 collaboratrices et collaborateurs ont pris une participation au sein du capital de l’entreprise.

80 recrutements à venir

L’entreprise pèse aujourd’hui 60 millions d’euros de chiffre d’affaires et compte 600 salariés. Elle vient de boucler une trentaine de recrutements et en envisage 80 autres dans les mois qui viennent. "Nous sommes obligés de calmer le jeu sur les commandes, car nous avons des difficultés à recruter, reconnaît Yves Gillet. Le frein au développement, ce sont les ressources."

Keran est une société de conseil et d’ingénierie. Elle comporte en son sein 5 entreprises : SCE, Créocéan, Naomis, Groupe Huit et S3d. Ses différents métiers s’expriment au niveau des villes et des territoires, des mobilités, des transports, de l’eau, de l’environnement, de la biodiversité, de l’énergie et du digital au service de ces secteurs d’activité.

Les équipes de Keran peuvent aussi bien mener des opérations de rénovation d’infrastructures de transports pour le tramway, mesurer l’état de santé d’un herbier de posidonies en mer ou évaluer l’état de pollution par le plastique d’une ville entière et conseiller les autorités pour trouver des solutions. "Nous avons 12 sites d’implantation en France métropolitaine, 5 dans les DOM-TOM, et deux filiales à l’étranger, à Abidjan et Singapour, détaille Yves Gillet. Nous développons des projets qui ne sont pas hors sol, mais inscrits dans un territoire. Ils sont responsables sur le plan environnemental, social et sociétal."

Entreprise à mission

Pas étonnant donc qu’en ce 21 juin 2022, Keran viennent d’endosser le statut d’entreprise à mission, un statut qui lui colle à la peau. "Nous avons changé uniquement un mot pour écrire notre raison d’être, rapporte le dirigeant. Contribuer à un aménagement et à une gestion des territoires aux services de l’Homme et en harmonie avec l’environnement."

Avant de passer la main à Denis Pourlier-Cucherat, Yves Gillet a tracé les grandes lignes de la stratégie du groupe pour les 4 années à venir. "Nous devons conserver un positionnement stratégique notamment sur les projets à impact positif sur le plan social et environnemental, accompagner la transition écologique, s’engager sur la transformation digitale et conserver un haut niveau de recherche et d’innovation."

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition