Vendée

Nautisme

Un pôle dédié au nautisme émerge à Noirmoutier à la suite du départ de Beneteau

Par Cyril Raineau, le 15 décembre 2021

Avec la fermeture annoncée en septembre 2020 du site de Beneteau au port de l’Herbaudière à Noirmoutier (Vendée), 15 000 m² de bâtiment se retrouvaient vides et 98 emplois s’envolaient. Depuis, la CCI et le Département ont œuvré de concert pour qu'un pôle nautique prenne forme progressivement à compter du 1er janvier 2022.

Le départ de Beneteau du port de l’Herbaudière à Noirmoutier s’est transformé en opportunité pour onze entreprises.
Le départ de Beneteau du port de l’Herbaudière à Noirmoutier s’est transformé en opportunité pour onze entreprises. — Photo : Jennifer Vigot - Beneteau

Touché mais pas coulé. Le port de l’Herbaudière à Noirmoutier refait surface avec l’arrivée de six nouvelles entreprises et l’extension de cinq déjà sur site, ouvrant la perspective de création d’un pôle autour du nautisme après le départ de Beneteau. Rapide retour en arrière sur un épisode qui reste douloureux dans les esprits du territoire et qui marque le point de départ d’un projet marqué du sceau de la résilience.

Le leader mondial quitte les lieux

Annulation de salon, chiffre d’affaires qui s’écroule de 18 % : le leader mondial du nautisme, le vendéen Beneteau, annonce en septembre 2020 la mise en sommeil de ses usines de production de bateaux de Challans (317 emplois) et donc de l’Herbaudière. "Une tempête", se souvient le président de la communauté de communes de l’île de Noirmoutier Dominique Chantoin, pour qui "mise en sommeil" était synonyme de fermeture. Il avait raison. 98 emplois sont rayés de la carte de l’île, un espace de 15 000 m² avec un accès direct à la mer se libère, et un élévateur à bateau (favorisant le travail des entreprises spécialisées dans la construction et la réparation de navire) se retrouve orphelin.

Priorité donnée aux entreprises du port

Plutôt que de subir, les élus, en premier lieu ceux du Département - la collectivité locale assurant la gestion de ce port comme de douze autres en Vendée - décident d’agir. Avec la volonté de faire revivre au plus vite les 15 000 m² vidés d’activité. "Nous avons défini un cahier des charges comprenant trois critères principaux, liste le président du conseil départemental Alain Leboeuf. En priorité, permettre aux entreprises déjà présentes à l’Herbaudière de s’agrandir et de développer leurs activités. Ensuite, accueillir les entreprises extérieures à condition qu’elles créent de l’emploi. Enfin, ces entreprises devaient impérativement exercer dans le domaine maritime." D’autres éléments se sont greffés au fil de l’avancée du dossier : la solidité financière des candidats, leur potentiel de développement, leur éventuelle complémentarité…

Le port de l’Herbaudière accueille déjà des entreprises spécialisées dans la construction, la maintenance et la réparation de bateaux.
Le port de l’Herbaudière accueille déjà des entreprises spécialisées dans la construction, la maintenance et la réparation de bateaux. - Photo : David Pouilloux

La CCI de Vendée, intervenant comme délégataire du Département, a été en contact avec trente porteurs de projet."Nous avons finalement reçu treize candidatures à l’appel à projets lancé le 31 août 2021, précise son directeur Anthony Valentini, et en avons retenu onze".

Une promesse de 220 emplois créés

Six entreprises venues de l’extérieur s’implanteront sur le port : Avizo (fabrication de moules composites), French Boat Market (concessionnaire de bateaux), Hellomulti (spécialiste du trimaran), Highfield (bateaux semi-rigides), Nuova Jolly France (bateaux semi-rigides) et Robin Marine (équipement de bateaux de pêche et de plaisance).

Les cinq autres retenues sont donc déjà basées à l’Herbaudière : Ateliers Mécaniques (réparation navale), Chantier Vendéen (réparation et entretien de bateaux à moteur), Charles Marine (réparation et maintenance de bateaux en bois et en polyester), Grondin Marine Service (mécanique et chaudronnerie) et Composite Services (réparation et peinture de coque de bateaux). "Notre site arrivait à saturation, témoigne Fabien Babonneau, fondateur de cette dernière entreprise composée de douze collaborateurs. Nous allons désormais passer d’un site de 350 à 1 100 m²".

Ces sociétés disposeront potentiellement des clés de leurs futurs locaux, qu’elles loueront au 1er janvier 2022. Elles se sont engagées à créer 220 emplois, soit plus du double de ceux détruits par le départ de Beneteau. Le regroupement sur un même lieu de ces onze entités va constituer un pôle de compétences dédié au nautisme, en premier lieu spécialisé dans le polyester et les matériaux composites. Ce qui fait dire au directeur de la CCI, Vendée Anthony Valentini, qu’il "sera unique dans la région Pays de la Loire."

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition