Loire-Atlantique

Électronique

Selva Electronique : Un bureau d’étude en Angleterre pour voguer à l’export

Par Amandine Dubiez, le 18 novembre 2016

Le fabricant de systèmes électroniques qui équipe tous les skippers du Vendée Globe vient de signer un partenariat avec un bureau d’étude anglais. Selva Electronique double ainsi son marché potentiel.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Vincent Riou, Yann Eliès ou encore Armel Le Cléac’h peuvent dire merci à Selva Electronique. C’est un peu grâce à l’entreprise de Vallet qu’ils peuvent allumer la lumière ou consulter leurs ordinateurs tout en navigant quelque part entre les Açores et le Cap Horn. Selva a en effet conçu le système électronique des hydrogénérateurs qui équipent leurs bateaux.

Coup de pouce de la CCI

Des envies de grand large, justement, cela faisait un moment que Selva y pensait. C’est désormais concret avec le joint-venture que la PME vient de nouer avec un bureau d’étude anglais. Situé à Romsey, près de Southampton, au sud de l’Angleterre, cette entreprise composée de sept ingénieurs sait concevoir des systèmes électroniques mais n’a pas les moyens de les fabriquer. C’est Selva qui va donc s’en charger. Elle qui conçoit et fabrique déjà des systèmes électroniques pour Sercel, le groupe Atlantic, Michelin, CNH à Coëx et Sidès, entre autre, s’est appuyée sur la CCI International pour organiser ses premiers pas à l’export.

« On ne savait pas du tout comment faire, ni même où aller. On a demandé conseil à la CCI International de Nantes-Saint Nazaire », se souvient David Heriaud, directeur général de Selva Electronique. « L’Allemagne ne nous tentait pas trop. On voulait un pays anglophone qui soit un vrai levier pour exporter dans le monde entier. Rapidement, l’Angleterre s’est imposée », précise le dirigeant. La BPI et Business France ont ensuite pris le relais et réalisé pour lui une étude de marché là-bas. « Ils nous ont proposé sept partenaires potentiels. On est allé les voir un par un », se rappelle David Heriaud.

"On double notre marché potentiel"

Le directeur général a finalement jeté son dévolu sur ce bureau d’étude de Romsey qui présente l’énorme avantage d’avoir déjà des contacts avec des clients aux Etats Unis et au Canada. « On double notre marché potentiel, s’enthousiasme David Hériaud. C’est un premier palier qu’on vient de franchir à l’export. » Il vient d’envoyer un VIE sur place pour démarcher des clients anglais. Pour cette embauche, il a bénéficié d’une aide de la région. Le Conseil régional l’avait aussi aidé pour son exportation via la PrimExport.

Made in Vallet

S’il espère vendre prochainement à des clients américains ou canadiens, David Heriaud compte bien garder sa production made in France. « Tout est fabriqué ici, dans l’usine de Vallet », précise le directeur général. « C’est un choix personnel. Cela nous permet surtout d’être très flexible pour nos clients, de faire du sur-mesure», observe-t-il.

Paradoxalement, le dirigeant se trouve moins loin, en avion, de son nouveau partenaire anglais, que du site de Châlon-sur-Saône qu’il a racheté en 2012. L’équipe locale composée de 25 salariés va presque doubler de volume dans les mois qui viennent pour répondre à la forte demande des clients en Rhône Alpe mais aussi dans les pays limitrophes. Selva Electronique emploie 150 personnes et réalise un chiffre d’affaires de 11 millions d’euros.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.