Loire-Atlantique

Transport

SD Aviation ouvre ses avions privés au public

Par Adrien Borga, le 23 avril 2018

SD Aviation était déjà connue d'une trentaine de dirigeants vendéens qui volent régulièrement sur ses avions privés. L'entreprise basée à La Roche-sur-Yon ouvre aujourd'hui ses services au public pour  mieux rentabiliser ses appareils.

Sébastien Dubreuil est à la fois pilote chez Air France et dirigeant de la société SD Aviation.
Sébastien Dubreuil est à la fois pilote chez Air France et dirigeant de la société SD Aviation. — Photo : Adrien Borga Le Journal des entreprises

Dans la famille Dubreuil, on a l'aviation dans le sang, Sébastien Dubreuil, le patron de SD Aviation n'a pas échappé à la passion familiale. Pilote chez Air France, il occupe le reste de son temps avec la direction de son entreprise d'aviation d'affaire SD Aviation. La PME ( 13 salariés, 1,4 M€ de CA) croît au rythme de 15% par an.

Quinze fois moins cher que la gestion directe

SD Aviation est l'entreprise qui gère deux groupements d'intérêt économique au travers desquels des entreprises vendéennes ou des départements limitrophes utilisent des avions tout en mutualisant les coûts importants. Le système fonctionne avec une adhésion annuelle, une contribution aux frais fixes à hauteur de 25 heures de vol et un coût fixe des vols en fonction du temps de vol. « Grâce à ce service, les dirigeants peuvent se rendre sur leurs différents sites en France sans perdre de temps et en économisant sur les frais annexes comme l'hôtellerie ou la restauration. Et surtout, les coûts sont quinze fois moins importants que si l'entreprise gérait en direct la propriété d'un avion », explique Sébastien Dubreuil. Une trentaine d'entreprises vendéennes et des départements voisins composent les deux GIE qui se partagent huit appareils pour des coûts allant (hors cotisation annuelle) de 500 à 2000 euros par heure de vol.

Élargir la clientèle pour mieux rentabiliser les avions

Poussée par la demande et le dynamisme du marché, l'entreprise va ouvrir ses services au public ce printemps. « Le marché de l'aviation d'affaire est particulièrement vif. Ouvrir nos offres au public nous permet aussi de mieux rentabiliser les avions dans les intervalles où les clients adhérents aux GIE ne s'en servent pas. Sur ces marchés il existe des services de courtage qui centralisent les offres de vols », complète Sébastien Dubreuil. Pour se libérer des contraintes administratives de la création d'une compagnie aérienne, l'entreprise vendéenne travaille en partenariat avec Luxwing, une société maltaise d'aviation privée. Le coût moyen d'une heure de vol dans cette formule se situe autour de 2 300 euros.

Bientôt un nouvel appareil

L'entreprise qui réalise entre 250 et 300 vols par mois va bientôt s'équiper, par le biais du GIE d'un nouvel appareil de plus grande capacité (6 places) et qui permettra d'aller plus loin sans faire d'escale. « Les escales sont à la fois coûteuses en temps et en argent. Avoir un nouvel appareil va nous permettre d'assurer un meilleur service aux adhérents qui souhaitent transporter plus de quatre collaborateurs », annonce le patron. Montant estimé de l'investissement : 7,5 millions de dollars pour un appareil d'occasion. Un investissement qui va occasionner le recrutement de trois pilotes.  « L'idée est de faire voler le plus possible l'appareil. Avec trois pilotes on peut presque envisager un service continu 7 jours sur 7, 24 heures sur 24 », conclut le patron-pilote.

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail