La Roche-sur-Yon

Industrie

S20 Industries : Premiers contrats de sous-traitance signés en 2015

Par la rédaction, le 05 juin 2015

ELECTROMéNAGER Né sur l'ancien site FagorBrandt de La Roche-sur-Yon, S20 Industries a signé ses trois premiers contrats de sous-traitance début 2015. La reconversion a débuté.
Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Elle a repris le principal site de FagorBrandt à La Roche-sur-Yon, près de l'aérodrome des Ajoncs (170 salariés conservés sur 330), il y a maintenant plus d'un an. La société S20 Industries y produit toujours des lave-linge, sèche-linge et lave-vaisselle pour Brandt France (marques Brandt, De Dietrich, Sauter, Vedette...) racheté par l'Algérien Cevital. Et ce, grâce à un contrat de sous-traitance, accordé par Cevital jusqu'à fin 2015 ou début 2016, selon les lignes. Depuis, les pistes de reconversion ont été explorées. Avec aujourd'hui de premiers succès. « Trois premiers contrats de sous-traitance hors électroménager ont été signés début 2015, annonce le patron de S20, Philippe Boudard. Ils portent sur les secteurs de l'industrie et du bâtiment. » Très discret, le dirigeant n'en dévoile pas plus.




Un produit propre à la rentrée

Cette sous-traitance devrait représenter 10 % de l'activité en 2015, et voir ses volumes progresser peu à peu. « Ces derniers mois ont permis d'isoler notre offre différenciante, à savoir l'assemblage d'ensembles complexes, associant des pièces plastiques, métalliques, électroniques... », confie le patron de S20. Autre piste, la création d'un produit propre, tenu secret, prévu pour l'automne. Et dont les applications iront du BTP à la navale en passant par l'agroalimentaire. Une volonté de maîtriser l'ensemble de la chaîne de valeur, d'obtenir davantage de marges et de ne pas être dépendant d'un donneur d'ordre. Pour cette diversification, S20 Industries a sollicité le cabinet vendéen AISeco. « D'ici cinq ans, la sous-traitance et nos produits propres devraient représenter chacun un tiers de l'activité ». Quid du dernier tiers ? Une petite partie concernera la réalisation de pièces détachées, à l'heure où la réparation reprend un peu le pas sur l'ère du jetable.




Conserver les lave-linge top

Bien que faisant partie des derniers fabricants d'électroménagers français, une industrie de plus en plus délocalisée, S20 compte bien également conserver deux de ses quatre lignes actuelles. « Le lave-linge top, à chargement par le haut et doté d'une fonction sèche-linge reste un produit d'avenir, assure Philippe Boudard. Tout comme le sèche-linge top. On les exporte notamment vers les villes très denses comme à Singapour, où le besoin d'ergonomie et de gain de place se fait sentir. On souhaite poursuivre ces productions pour Brandt, voire pour d'autres marques. » Ces produits haut de gamme peuvent se vendre respectivement jusqu'à 750 et 400 euros au client final. Un accord a-t-il été passé ? Philippe Boudard ne souhaite pas répondre, mais déclare « être tout à fait confiant ». Et s'il n'y avait pas de poursuite de l'électroménager ? « Ce serait compliqué. Dans le pire scénario catastrophe, il faudrait se restructurer. Mais on saura rebondir et s'adapter ».

« Sauf accident » la PME devrait atteindre l'équilibre cette année comme en 2014. S20 Industries table sur 25 millions d'euros de chiffre d'affaires.

Objectif : atteindre le même niveau l'an prochain

, avec les nouvelles activités.

S20 Industries



(La Roche-sur-Yon) Dirigeant : Philippe Boudard 170 salariés (la moitié en CDI) 17 M€ de CA 02 51 36 55 00


www.s20industries.fr

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail