Pays de la Loire

Piloter son entreprise

Témoignage « On ressent le blues de l'iPhone les premiers jours »

Par Amandine Dubiez, le 01 décembre 2017

En 2013, Emmanuel Picot, PDG d’Evolis, le fabricant angevin de systèmes d'impression pour cartes plastiques (77 millions d’euros de chiffre d’affaires, 330 salariés) est parti faire le tour du monde pendant neuf mois avec sa femme et leurs trois enfants. Il raconte son expérience.

Emmanuel Picot, PDG Evolis
Emmanuel Picot, PDG Evolis — Photo : Evolis

« J'ai réalisé à Noël 2012 que mon fils aîné allait rentrer en 3e en septembre et que mon dernier avait 8 ans... C'était le moment pour faire ce tour du monde en famille dont nous parlions. En janvier-février, nous avons étudié le projet et en mars, la décision était prise. La structure managériale d'Evolis, avec un comité de direction, permettait à l'entreprise de fonctionner. Comme une des qualités d'un chef d'entreprise est d'être bien entouré, le meilleur test est de s'éloigner quelque temps. Je ressentais une forme d'usure avant de partir avec une entreprise qui a grossi très vite et donc un débordement d'activités. Sortir du cadre est bénéfique. C'est une vraie prise de recul sur soi-même mais aussi sur son rôle au sein de l'entreprise. Nous sommes donc partis en août 2012 pour un vrai tour de neuf mois qui nous a conduits en Polynésie, Asie, Amérique du sud... et sans ordinateur. J'avais demandé qu'on m'appelle uniquement en cas d'urgence - c'est arrivé 4 fois en 9 mois -, mais quand on est hyperconnecté comme moi, on ressent le " blues de l'iPhone " les premiers jours... Je me demandais : pourquoi ils ne m'appellent pas ? Ce n'est pas possible qu'il n'y ait pas de problème. »

Un récap' chaque mois

« C'est une période où on ne se sent pas à l'aise parce que, d'un coup, on s'aperçoit qu'on n'est pas indispensable. Il faut apprendre à lâcher prise, un voyage c'est une introspection, on se découvre soi. J'avais toutefois tous les mois un récapitulatif d'une page sur les faits marquants dans l'entreprise. Sortir du cadre, c'est facile, y revenir n'est pas si simple. De retour à Angers, j'ai pris un mois supplémentaire avant de revenir au sein de l'entreprise. Cela m'a permis de passer du temps avec chaque membre de l'équipe de direction. Nous avons eu une réflexion sur la valeur ajoutée des uns et des autres afin de redéfinir les rôles, les fonctions, les périmètres, pour que chacun retrouve une place en cohérence avec les autres. On ne reprend pas sa place, on reprend une place. Le stress lié à l'activité de chef d'entreprise existe, mais la capacité à prendre du recul est toujours là... Qu'un dirigeant s'éloigne quelque temps de son entreprise, c'est possible et c'est même bénéfique ! »

Emmanuel Picot, PDG Evolis
Emmanuel Picot, PDG Evolis — Photo : Evolis

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail