Nantes

Numérique

Peekin veut devenir le leader européen de la gestion des objets trouvés

Par Caroline Scribe, le 17 janvier 2023

La start-up nantaise Peekin, qui a lancé une plateforme de gestion des objets trouvés à l’attention des professionnels du tourisme, cherche à lever un million d’euros pour s’imposer comme le leader européen du marché.

Jérôme Dumas et Jérôme Pasquet, dirigeants de la société nantaise Peekin.
Jérôme Dumas et Jérôme Pasquet, dirigeants de la société nantaise Peekin. — Photo : Peekin

Depuis son lancement commercial en 2019, Peekin a contribué à restituer 45 000 objets égarés à leurs propriétaires : doudous, chargeurs de téléphone, tablettes, vêtements… Créée en 2017 par Jérôme Dumas et Jérôme Pasquet, la société nantaise a développé une application qui gère les objets trouvés, depuis leur découverte jusqu’à leur restitution à leur propriétaire ou leur déstockage. Cette solution est commercialisée auprès des professionnels du tourisme, principalement des hôteliers, mais aussi des propriétaires de gîtes ruraux… 300 établissements (Novotel, Marriott, Radisson, le groupe Barrière et des indépendants) ont adopté la solution de Peekin. Outre l’application Peekin met à disposition de ses clients le matériel de réexpédition et un service après-vente. "Peekin utilise l’objet trouvé pour maintenir le lien entre les professionnels du tourisme et leurs clients. Notre solution leur apporte un gain de temps et améliore leur image", argumente Jérôme Pasquet.
Le business model de la start-up repose sur deux offres. La première, à l’attention des hôteliers, comprend un abonnement annuel, variable en fonction de la taille de l’établissement, auquel s’ajoutent des frais pour chaque expédition. La seconde, s’adressant aux gîtes, facture à l’utilisation, sans abonnement.

Levée de fonds

Peekin, qui emploie une dizaine de salariés et fait état, sans en préciser le montant, d’un chiffre d’affaires multiplié par trois entre 2019 et 2022, veut maintenant franchir une nouvelle étape. "À l’horizon 2025, nous visons un chiffre d’affaires de 5 millions d’euros et une équipe de 20 à 25 personnes, en nous positionnant comme le leader européen de la gestion des objets trouvés", explique Jérôme Pasquet. Pour ce faire, Peekin cherche à lever plus de 700 000 d’euros sur la plateforme Tudigo. 400 000 euros ont d’ores et déjà été sécurisés auprès d’entrepreneurs de la tech et du secteur hôtelier : Alain Mevellec, dirigeant de l’éditeur de logiciels Sellsy, Jean-Pierre Nadir, fondateur de Fairmoove, une agence de voyages en ligne et Georges Sampeur, ancien dirigeant du groupe d’hôtels B & B et président du conseil de surveillance de Pierre et Vacances-Center Parc (également actionnaire de la société éditrice du Journal des Entreprises). "Nous levons des fonds pour trouver des financements et embarquer à nos côtés des professionnels de l’hôtellerie et du tourisme", précise Jérôme Pasquet, qui reste majoritaire avec son associé.

Nouveaux marchés

Doté de ces financements, Peekin souhaite renforcer sa position sur le marché français en ciblant prioritairement les hôtels 3, 4 et 5 étoiles. "L’objectif est d’atteindre 750 hôtels clients d’ici 2024, ce qui nous permettra d’être à l’équilibre", indique le dirigeant. Dans un second temps, Peekin, souhaite tester l’international, en commençant par le Royaume-Uni, le Benelux et l’Espagne et explorer de nouveaux marchés, en particulier celui des parcs d’attractions. Ce déploiement passera par la recherche de financements complémentaires. "Notre atout est d’intervenir sur toute la chaîne de gestion des objets trouvés. Nous n’avons pas de concurrent direct sur ce créneau", assure Jérôme Pasquet.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition