Services

Naonext : Des capteurs optiques pour révolutionner la musique électro

Par Simon Janvier, le 04 janvier 2013

Électronique Naonext a breveté une interface dotée de capteurs optiques pour les musiciens. Pour passer en mode production, la société engage un tour de table.
Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Depuis l'époque des synthétiseurs laser de Jean-Michel Jarre, la musique électronique souffre d'un déficit d'innovation en matière de visuel et de scénographie. En découlent souvent des concerts lors desquels les dj's et artistes mixent sur des platines mais sans réelle interaction avec le public. Naonext entend bien bousculer les choses. Créée en mai dernier par deux ingénieurs du son et un informaticien, la jeune société de Couëron vient ainsi de mettre au point un nouveau support baptisé Crystall Ball. Il s'agit d'une interface reconnaissant les mouvements afin de piloter des machines, qu'il s'agisse de synthétiseurs ou de logiciels de création sur ordinateur.




Les capteurs remplacent les potentiomètres

Les vieux potentiomètres laissent ici la place à des capteurs optiques sensibles à la distance et à la vitesse et qui permettent de moduler les sons et les rythmes. «L'idée de la Crystall Ball c'est d'apporter une interaction entre le public, l'artiste et la machine. Grâce à ces capteurs, les artistes ont véritablement le ressenti d'un instrument», explique Thomas Laurenson, un des trois dirigeants associés de Naonext. Le concept a été entièrement conçu par la société, soutenue par Oseo et Nantes Initiative, avant d'être breveté. Une pré-série est en production pour un lancement commercial attendu dans les prochains mois dans les magasins de musique, à un prix avoisinant 500 €.




Levée de fonds

Sur la première année, Naonext table sur 500 ventes en France, avant de se projeter à l'international. Afin de rapidement engager la production de la Crystall Ball, Naonext engage un tour de table afin de lever 250.000 €. «Il nous faut des fonds pour engager la production, mais aussi pour recruter un développeur et un commercial. Aujourd'hui, nous nous concentrons sur les arts numériques mais on imagine déjà des développements dans le domaine de la domotique grâce à la technologie de nos capteurs», poursuit Thomas Laurenson. Déjà, la jeune société affiche une belle référence puisque le groupe nantais C2C, auréolé d'un disque de platine pour l'album Tetra, a fait appel à ses services pour personnaliser leurs platines grâce à un système de led enrichissant leur scénographie.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail