Nantes

Biotech

Naogen Pharma investit dans une usine radiopharmaceutique près de Nantes

Par Caroline Scribe, le 11 mai 2021

Lauréate du plan de relance gouvernemental, la société médicale Naogen Pharma se préparer à investir plus de six millions d’euros pour construire à Saint-Herblain, près de Nantes, une usine radiopharmaceutique produisant une solution innovante pour les diagnostics en médecine nucléaire.

Naogen développe des produits radiopharmaceutiques pour l’imagerie par Tomographie par émissions de positons (TEP).
Naogen développe des produits radiopharmaceutiques pour l’imagerie par Tomographie par émissions de positons (TEP). — Photo : Caroline Scribe

Créée en 2016, la société Naogen Pharma travaille au développement d’une gamme de produits radiopharmaceutiques innovants pour l’imagerie par tomographie par émissions de positons (TEP). L’équipe, constituée d’une dizaine de personnes, met actuellement au point un générateur de strontium-82/rubidium-82. Ce traceur, injecté en intraveineuse au patient, permet de réaliser une modalité d'imagerie de haute précision pour la médecine nucléaire.

Le déploiement industriel de Naogen Pharma va s'accélérer avec la création, à Saint-Herblain, d'une unité de production radiopharmaceutique, où sera fabriqué le générateur. Les injecteurs sont, pour leur part, sous-traités à la société Lemer Pax à La Chapelle-sur-Erdre.

Levées de fonds

La construction de la nouvelle usine représente un investissement de 6,3 millions d'euros qui bénéficiera d'une subvention d'environ 1,5 million d'euros au titre du Plan de Relance gouvernemental. Pour compléter l'enveloppe, Naogen Pharma, avec l'accompagnement d'Atlanpole, prépare une levée de fonds en deux étapes : 1,5 million d'euros en 2021 pour financer la fin du développement, puis 3 millions en 2022, une fois la première autorisation de mise sur le marché obtenue.

"L'objectif est de réduire la dépendance de la France aux productions radiopharmaceutiques extra-européennes et de faire émerger la filière radiopharmaceutique nantaise", avance Sylvain Fanier, président de Naogen Pharma. L'entreprise vise une demande d'autorisation de mise sur le marché en cardiologie en 2021, pour un début de commercialisation en 2022. Elle prévoit de cibler d'abord la France, puis l'Europe avant de s'attaquer au marché mondial. "Le marché de la médecine nucléaire pèse 8 milliards de dollars dans le monde : 5,5 milliards en diagnostic et 2,5 milliards en thérapie", précise Sylvain Fanier.

Diagnostic des pathologies cardiaques

"Naogen Pharma est le résultat de 40 ans d’excellence académique de la recherche nantaise en médecine nucléaire et une émanation d’Arronax, le seul cyclotron de haute énergie en Europe à ce jour, qui développe des méthodes de production innovantes de radio-isotopes (atomes radioactifs)", relate, pour sa part, Jean-François Chatal, fondateur et directeur médical de Naogen Pharma. L’injection d’isotopes radioactifs et l’émission de positons présentent plusieurs avantages par rapport aux technologies d’imagerie habituellement utilisées. Elle améliore la facilité de lecture et donc l’interprétation par les médecins nucléaires, elle est moins invasive pour le patient et permet de mesurer avec précision le flux sanguin dans les artères coronaires, mais pas seulement.

"Notre innovation de rupture trouve son application dans le diagnostic précoce et la prévention des maladies cardiovasculaires qui affectent 15 millions de patients dans le monde, dont 50 % sont diagnostiqués. Notre gamme de produits radiopharmaceutiques pourrait également être utilisée pour quantifier le flux sanguin dans les artères périphériques, avec des indications prometteuses pour le diagnostic de l’hypertension ou l’oncologie, par exemple", indique Sylvain Fanier. Dans cette perspective, la société explore de nouvelles applications cliniques de sa gamme d’imagerie, en collaboration avec l’hôpital Georges Pompidou à Paris. Le dirigeant prévoit d'employer 25 personnes à l'horizon 2025.

Naogen développe des produits radiopharmaceutiques pour l’imagerie par Tomographie par émissions de positons (TEP).
Naogen développe des produits radiopharmaceutiques pour l’imagerie par Tomographie par émissions de positons (TEP). — Photo : Caroline Scribe

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail