Loire-Atlantique

Mer

Nantes, Saint-Nazaire et la Baule se voient en figure de proue de l’innovation nautique

Par Amandine Dubiez, le 07 juin 2018

Nantes Métropole, la Carene Saint-Nazaire Agglomération et Cap Atlantique lancent avec le réseau des acteurs locaux NINA, et le Pôle Mer Bretagne Atlantique une stratégie commune pour devenir le port d’attache mondial de l’innovation de la filière nautique.

Frédéric Ravilly, président du Pôle Mer Bretagne Atlantique, Patrick Piveteau, président du club Nina, Johanna Rolland, présidente de Nantes Métropole, David Samzun, président de La Carene, et Métaireau, président de Cap Atlantique. — Photo : JDE

« Sur la filière nautique, nous avons encore pas mal de progrès à faire », reconnait Yves Métaireau, maire de La Baule-Escoublac et président de la communauté d’agglomérations Cap Atlantique.  C’est ce qui ressort de l’étude commandée par les trois collectivités sur l’état de la filière nautique et son potentiel au niveau local.

Miser sur les innovations et les nouveaux usages

Jusqu’ici les collectivités, les entreprises et les réseaux économiques ne travaillaient pas ensemble sur la filière. Il a donc fallu commencer par un état des lieux avant de définir une stratégie. Résultat : le département compte 250 entreprises évoluant dans le secteur nautique, 26 ports maritimes, 8 ports estuariens et 5 ports fluviaux.  « Quelle est la plus-value du territoire ? Nous avons fait le choix de privilégier une entrée innovation et usages », explique Johanna Rolland.

En clair, du quai de la fosse à l’océan Atlantique, il s‘agit d’encourager les innovations sur les nouvelles façons de naviguer à l’image de ce que propose les start-up Hey Captain, Skippair ou Sharemysea, et d'imaginer des produits correspondant aux nouveaux usages du nautisme, comme par exemple un scooter des mers à foil, actuellement développé par Bird-e-marine.

Mettre en place un réseau d'innovations

« En fait, tout existe, les centres de formations, les centres de recherche, les start-up, les industriels, mais leur potentiel est inexploité. Il faut mettre en place un réseau d’innovations. On a besoin de chefs d’orchestre pour mettre tout cela en musique », explique Frédéric Ravilly, président du Pôle Mer Bretagne Atlantique au sein d'Atlanpole. Un constat partagé par Patrick Piveteau, président du réseau local  Nina qui compte 25 PME et start-up évoluant dans le nautisme, dont Band of Boats, la start-up lancée à Nantes par le géant vendéen Beneteau.

Le réseau Nina compte d'ailleurs lancer un concours d’innovation dans les prochains mois. « On veut à terme créer un parcours fléché pour accélérer les développement, et les liens avec les réseaux de financement », explique Patrick Piveteau.

Développer une filière de déconstruction des bateaux

L’une des innovations qui pourrait gonfler les voiles du territoire, c’est le développement d’une filière de déconstruction des bateaux en composite. Il n’en existe nulle part aujourd’hui. Un fléau pour les professionnels du nautisme confrontés à l'abandon de bateaux par les plaisanciers. La société d'hivernage et d'entretien de bateaux Wintering, installée à Guérande, travaille depuis quelques mois sur un procédé en partenariat avec Atlanpole et avec le soutien du programme régional Résolutions.« On essaye de trouver un modèle rentable pour la PME », explique Frédéric Ravilly. 

Ouvrir les ports à l'expérimentation

Autre enjeu : développer des nouveaux services en lien avec les nouvelles habitudes des plaisanciers. « Aujourd’hui, la moyenne d'âge d'un acheteur de bateau est de 64 ans. Une personne sur deux qui a son permis bateau ne navigue jamais", constate Patrick Piveteau. Quels services développés pour s'adapter aux nouveaux usages? Pour tester des idées et promouvoir la pratique du nautisme, les collectivités s'engagent à ouvrir les ports et les plans d'eaux à l'expérimentation et à faciliter une stratégie foncière partagée pour répondre aux besoins des entreprises. 

Prochain RDV en novembre

Un prochain rendez-vous est fixé en novembre avec les acteurs de la filière, mais aussi le Conseil régional, le Département et la CCI afin de faire un point sur l'avancée des projets et présenter le potentiel économique de la filière au niveau régional avant la tenue du salon Nautic en décembre à Paris. 

Frédéric Ravilly, président du Pôle Mer Bretagne Atlantique, Patrick Piveteau, président du club Nina, Johanna Rolland, présidente de Nantes Métropole, David Samzun, président de La Carene, et Métaireau, président de Cap Atlantique. — Photo : JDE

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.

Poursuivez votre lecture