Nantes

Numérique

My Bacchus veut devenir le leader des outils connectés pour les vignerons

Par David Pouilloux, le 12 octobre 2021

La start-up nantaise My Bacchus propose des outils numériques pour surveiller la fermentation et la vinification du vin. Elle prépare une levée de fonds de 600 000 euros pour 2022. Objectif : devenir un leader des outils numériques au service des vignerons.

Alexandre Ermenault, créateur de la start-up My Bacchus lance Densios, un outil numérique aux services des vignerons.
Alexandre Ermenault, créateur de la start-up My Bacchus lance Densios, un outil numérique aux services des vignerons. — Photo : David Pouilloux

C’est peu dire que les premiers clients de My Bacchus sont connus dans l’univers du vin et dans le monde entier. La start-up nantaise, qui développe des outils numériques pour les amateurs et les professionnels du vin, a dans son carnet d’adresses rien moins que quatre des cinq plus grands domaines du Bordelais. Pour une entreprise née au pays du muscadet, c’est un premier coup de maître.

"Ma stratégie était claire : prouver que si des grands domaines viticoles nous faisaient confiance, alors les autres suivraient. Ces grands châteaux avaient les moyens humains et techniques de vérifier que nos mesures étaient précises et fiables", rapporte Alexandre Ermenault, le créateur de My Bacchus, qui a désormais une trentaine de vins bordelais et de grands domaines du vignoble nantais (Bel Air, Brégeon, Château Guipière) auscultés par ses outils numériques.

Retirer du stress au vigneron

Récemment, My Bacchus a installé son nouvel outil numérique Densios au Château du Cléray, à Vallet (Loire-Atlantique). Cet outil, qui ressemble à une lampe-tempête, permet de suivre le bon déroulement de la fermentation, cette étape qui voit la transformation du sucre en alcool, en surveillant l’évolution de la densité du vin. Avant cela, My Bacchus a lancé en 2020 Chai Connecté, une marque de bondes connectées qui permet de surveiller la vinification, la seconde étape d’élaboration du vin avant la mise en bouteille.

Des produits "quasiment 100 % made in Loire-Atlantique", précise l’entrepreneur de 37 ans. L'ingénieur informatique de formation, passé par le géant informatique Sopra Steria, reconnaît que le vin et le numérique sont deux mondes "très différents". "J’ai choisi de quitter l’univers froid de la banque pour celui plus chaleureux du vin. J’aide les vignerons à faire du bon vin. La fermentation et la vinification sont des moments clés, qui génèrent du stress. La fermentation peut s’arrêter, la vinification mal se passer en raison de la présence d’une bactérie qui altère la qualité du vin."

Un système d’alerte pour sécuriser la fermentation et la vinification

Les outils numériques de My Bacchus proposent un système d’alerte qui permet de sécuriser la fermentation et l’élevage du vin, et assurent une traçabilité rigoureuse. "Dans le chai, on surveille à chaque instant comment ça se passe. De manière traditionnelle, c'est fait à la main. Je propose une surveillance en continu, à distance. Les capteurs de nos outils (bonde et densimètre) informent en temps réel le vigneron sur l’évolution de différents paramètres : température, oxygène, hygrométrie, niveau, pression atmosphérique, gaz dissous…", décrit Alexandre Ermenault. Le vigneron observe les données sur son ordinateur ou son téléphone via une application. "Il peut ainsi intervenir rapidement et traiter le problème en utilisant le moins d’intrants possibles."

Créé en 2018, My Bacchus a décroché deux bourses : French Tech (35 000 euros) et Agri Farm lab (20 000 euros). Elle a procédé à une première levée de fonds en 2020 de 400 000 euros via Bamboo, un groupe d’investisseurs des Pays de la Loire. Fin 2021 et début 2022, la start-up de sept salariés va opérer une nouvelle levée de fonds de 600 000 euros pour accélérer son développement commercial, industriel et produire 1 000 bondes connectées. "Notre objectif est de devenir le leader mondial des outils connectés pour le travail en chai", anticipe le fondateur, qui annonce être sur le point de signer avec des premiers clients en Espagne et en Italie.

Alexandre Ermenault, créateur de la start-up My Bacchus lance Densios, un outil numérique aux services des vignerons.
Alexandre Ermenault, créateur de la start-up My Bacchus lance Densios, un outil numérique aux services des vignerons. — Photo : David Pouilloux

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail