Communication et médias

Mstream glisse sous l’ombrelle d’un nouveau groupe de communication, Main Avenue

Par David Pouilloux, le 22 juin 2022

La société de production audiovisuelle nantaise Mstream a multiplié les opérations de croissance externe. Ses dirigeants l’intègrent désormais comme l’une des marques de leur nouveau groupe de communication, Main Avenue. Avec 70 collaborateurs et 8 millions d’euros de chiffre d’affaires, la nouvelle entité se diversifie dans la production musicale et la fiction.

Jérôme Poulain, directeur général de Main Avenue, groupe de communication audiovisuelle nantais.
Jérôme Poulain, directeur général de Main Avenue, groupe de communication audiovisuelle nantais. — Photo : David Pouilloux

Les Studio de l’île sont une des places fortes de l’audiovisuel en France. Au cœur de Nantes, le bâtiment de 800 m2 abrite le siège de Mstream, une société de production audiovisuelle qui fête ses 20 ans. "Nous étions deux en 2001, et seulement 5 en 2012, raconte Jérôme Poulain, directeur général du groupe Main Avenue. Nous sommes aujourd’hui 70 et nous réalisons 8 millions d’euros de chiffre d’affaires." Les 20 ans de l’entreprise qu’il a cofondé avec Yvonnick Bouyer étaient l’occasion de structurer davantage l’entreprise après une série d’acquisitions qui ont vu 7 sociétés de production audiovisuelle rejoindre le groupe.

"Ces dernières années, nous avons intégré différentes entreprises aux savoir-faire complémentaires, explique Jérôme Poulain. Mstream est désormais une marque parmi d’autres au sein de notre nouveau groupe de communication, baptisé Main Avenue. Le temps était donc venu de créer un groupe qui reflète cette évolution et fédère toutes nos offres. Chaque activité conserve bien sûr sa marque et son expertise propre".

Consolidation géographique

L’agence audiovisuelle couvre désormais tous les métiers du secteur : corporate, publicité, documentaire, fiction, musique et prestations techniques. Née à Nantes, l’entreprise est également implantée à Rennes, Lorient, Orléans et Paris. L’anniversaire de l’entreprise a d’ailleurs été l’occasion d’annoncer de nouvelles acquisitions, en duo avec Stéphane Durandière, directeur associé de Main Avenue. Dans l'escarcelle du groupe, arrivent deux acteurs historiques de l’audiovisuel breton, spécialisés dans la production corporate : le rennais Digipictoris et le lorientais Her-Bak Médias. "Ces opérations permettent au groupe de conforter ses positions dans le Grand Ouest, explique Jérôme Poulain. C’est une consolidation géographique. Il est important d’être au plus près de nos clients, de travailler en proximité avec eux, avec des personnes qu’ils connaissent. Il y a beaucoup d’écoles qui forment des jeunes dans ce secteur à Nantes, et nous nous créons de l’emploi ici. Nous nous voyons comme un acteur du territoire."

Fiction et production musicale

Jérôme Poulain, directeur général, et Stéphane Durandière, directeur associé de Main Avenue, lors des 20 ans de MStream.
Jérôme Poulain, directeur général, et Stéphane Durandière, directeur associé de Main Avenue, lors des 20 ans de MStream. - Photo : DR

Le groupe Main Avenue est désormais classé dans le Top 5 de son secteur d’activité en province. Plus de 2 millions d’euros d’investissements ont été nécessaires pour gravir les marches une à une. "Nous avons acheté les murs de l’entreprise et nous avons des moyens techniques de productions uniques en province, précise Jérôme Poulain, notamment un auditorium de mixage pour le son et une caméra cinéma qui, à elle seule, coûte 200 000 euros." Une bonne raison à cela : Main Avenue déploie également de nouvelles activités grâce à l’intégration encore fraîche de La Main (Films publicitaires, clips) et de What’s up Productions, spécialiste du film documentaire qui collabore notamment avec Arte et France Télévisions. Le groupe se lance, par ailleurs, dans la fiction avec la création de Main films, piloté par Olivier Berne, avec le film Rien ni personne, et l’édition et la production musicale avec La Piscine Records.

Parmi les clients de la société, des centaines d’entreprises et des institutionnels. "La communication corporate représente 80 % de notre chiffre d’affaires." Les clients sont des PME, des ETI, mais aussi la SNCF, le CNAM, Système U ou l’Ademe. "Il est important de ne pas dépendre d’un client pour une grosse partie de son chiffre d’affaires, glisse Jérôme Poulain. Nous envisageons d’autres acquisitions prochainement, mais nous comptons aussi sur une croissance organique. Nos savoir-faire sont très larges et nos différentes équipes vont pouvoir travailler ensemble, sous la même bannière, avec des moyens techniques d’un niveau national."

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition