Vendée

Réseaux économiques

Medef 85 : « Trouver des solutions locales sans attendre le national »

Par Adrien Borga, le 07 avril 2017

Daniel Robin est président du Medef 85 depuis la fin de l'automne 2016. Élu pour trois ans, il veut dynamiser les actions et les adhésions.

Le Journal des Entreprises
Le Journal des Entreprises — Photo : Le Journal des Entreprises

Le Journal des Entreprises : Où en est le Medef Vendée aujourd'hui ?

Daniel Robin : « Nous avons 2 300 entreprises adhérentes ce qui est plutôt une bonne moyenne. Ces adhérents sont captés par le biais des fédérations. Par contre, nous avons entre 130 et 140 adhérents individuels, ce qui est plutôt faible. 65 % des adhérents sont des entreprises de moins de 50 salariés. Ceci pour dire que le Medef ce n'est pas seulement pour les grandes entreprises. »

Pourquoi un si faible niveau d'adhésion individuel ? Est-ce spécifique au territoire ?

D.R. : « Des entreprises qui adhèrent via les fédérations (de la métallurgie, de la plasturgie, etc.) ne génèrent que peu d'adhésions individuelles car les fédérations demandent aux entreprises de ne pas adhérer individuellement. Du point de vue du territoire, il y a en Vendée d'autres réseaux patronaux importants comme le Réseaux entreprendre qui sont plus liés au plaisir de la rencontre ou à la volonté de se former comme le CJD ou l'APM. »

Avoir été président du Réseau Entreprendre Vendée a-t-il pesé dans la balance dans votre désignation à la tête du Medef Vendée ?

D.R. : « Le fait d'avoir été président du REV, d'avoir l'expérience de la mise en oeuvre de la convivialité et de la proximité a sûrement joué un rôle. Par ailleurs, ce que je représente aussi par le biais de l'entreprise Herige également. C'est une entreprise ancrée dans le tissu local qui ressemble à beaucoup d'autres entreprises vendéennes. »

Quelles mesures allez-vous prendre ?

D.R. : « Nous allons mettre en place le Labo des irritants. Cet outil va nous permettre d'aller vers les entrepreneurs et de faire remonter ce qui irrite concrètement les dirigeants dans le fonctionnement des entreprises. Nous voulons ainsi être plus proactifs et essayer de mettre les différents acteurs autour de la table pour trouver rapidement une solution locale sans attendre l'échelon national Nous avons en projet de développer nos relations avec les institutions et notamment de nous faire mieux connaître des communautés de communes qui ont aujourd'hui la compétence économique. Il nous faut des référents du Medef sur les territoires ou dans les clubs d'entreprises locaux. Nous allons également lancer le Start-up tour. Nous allons sélectionner des start-up qui ont un service innovant, attractif et déjà en commercialisation pour nos adhérents. La start-up viendra ensuite visiter les entreprises volontaires. »

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition