Loire-Atlantique

Mécanique

Manitou veut réduire de moitié ses émissions de carbone d'ici 2030

Par Caroline Scribe, le 07 février 2022

Le groupe Manitou s’engage dans une trajectoire bas carbone avec des objectifs ambitieux. D’ici 2030, l’industriel d’Ancenis veut réduire de 46 % ses émissions de carbone. Cette démarche va transformer le groupe en profondeur avec des implications sur l’ensemble de la chaîne de valeur.

Manitou proposera une offre électrique pour l’ensemble de ses gammes en 2025.
Manitou proposera une offre électrique pour l’ensemble de ses gammes en 2025. — Photo : Manitou

Après avoir présenté en 2021 sa nouvelle feuille de route RSE, le groupe Manitou (4 400 salariés ; 1, 8 Md€ de CA en 2021), leader mondial de la manutention, de l’élévation de personnes et du terrassement, a précisé les contours de sa trajectoire bas carbone à l’horizon 2030. Construite selon l’initiative Science Based Targets et fondée sur la seule référence internationale définie selon les rapports du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat), celle-ci poursuit deux objectifs majeurs, en prenant comme référence l’année 2019 : la réduction de 45 % des émissions de carbone directes et indirectes, ainsi que la réduction de 34 % des émissions de CO2 générées par les machines produites par le groupe par heure d’utilisation. "Notre dynamique RSE existe depuis une dizaine d’années. Ce qui est nouveau, ce sont les objectifs ambitieux et les aspects carbone. Cela va transformer l’entreprise en profondeur et dans toutes ses activités, de la R & D à la production, aux transports et aux ventes", commente Aude Brézac, directrice RSE chez Manitou.

Écoconception et fret décarboné

Pour atteindre ces objectifs, l’industriel d’Ancenis actionne de multiples leviers. Certains portent sur la conception même des produits : renforcement de l’écoconception dans une approche de cycle de vie globale, augmentation du taux de matériaux recyclés dans les achats de composants et de pièces…

Aude Brézac, directrice RSE chez Manitou.
Aude Brézac, directrice RSE chez Manitou. - Photo : Manitou

D’autres concernent leur motorisation. Manitou devrait ainsi proposer une offre électrique pour l’ensemble de ses gammes d’ici 2025.En parallèle, l’entreprise teste avec des acteurs locaux, tels que Charier et Fétis Group, la technologie de l’hydrogène sur ses chariots télescopiques et élévateurs. Le groupe travaille également à réduire son impact environnemental lié aux transports. "Alors qu’autrefois tout était centralisé à Ancenis, nous avons mis en place des quais d’expédition sur chaque site pour réduire les trajets entre nos usines, nous travaillons également à l’optimisation du remplissage des camions et sur les itinéraires pour réduire les kilomètres parcourus. Nous étudions une solution rail-route pour nos exportations longue distance vers la Russie et avons conclu un partenariat avec Neoline pour expédier les nacelles de notre usine de Candé vers les États-Unis, afin de réduire le transport aérien", énumère Aude Brézac.

Implications des PME locales

Manitou embarque également dans sa démarche vertueuse ses 700 fournisseurs dans la région. Depuis dix ans, le groupe partage ses engagements en matière de RSE à travers une charte d’achats responsables signée par eux. "Nous auditons régulièrement nos fournisseurs sur les thématiques RSE. C’est l’occasion de parler d’autre chose que des prix et de définir des pistes d’amélioration dans une logique d’accompagnement. Sur certains sujets, nous mettons en place des groupes de travail mixtes associant des collaborateurs de Manitou et ceux de nos fournisseurs. De la même manière, nous avons identifié des bonnes pratiques RSE que nous diffusons auprès de nos fournisseurs sous la forme d’un guide", indique Aude Brézac. D’ici 2025, Manitou a ainsi pour objectif de faire progresser le taux de ses fournisseurs certifiés RSE.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition