Loire-Atlantique

Industrie

Interview Manitou France : "Nous avons besoin de recruter et devons rester attractifs"

Entretien avec Ingrid Auvray, directrice des ressources humaines de Manitou France

Propos recueillis par Cyril Raineau - 07 octobre 2021

Manitou recrute 110 collaborateurs d’ici fin 2021. Ingrid Auvray, responsable RH France, revient sur les freins que rencontre le champion mondial du matériel de manutention mais aussi ses atouts pour séduire les candidats.

Ingrid Auvray, DRH de Manitou France.
Ingrid Auvray, DRH de Manitou France. — Photo : Manitou

Combien d’embauches Manitou (4 400 salariés dans le monde, 1,6 milliard d’euros de chiffre d’affaires en 2020) envisage-t-il et à quelle échéance ?

Nous avons encore 110 recrutements à effectuer d’ici fin 2021. Ce sont des postes en CDI et permanents. Ils concernent en grande majorité le site d’Ancenis (Loire-Atlantique) avec 90 postes à pourvoir (siège social du groupe et principal lieu de production, réunissant 1 600 salariés, NDLR), les autres étant répartis entre ceux de Candé et Beaupréau (Maine-et-Loire), et Laillé (Ille-et-Vilaine).

Vous employez le mot "encore", avez-vous déjà procédé à des embauches en 2021 ?

Sur l’année, nous avons ouvert 230 postes en CDI.

Quels types de métiers recherchez-vous ?

Tous les secteurs sont concernés, que ce soient les métiers techniques ou les fonctions supports. Nous recherchons des ingénieurs électromécaniciens, des techniciens méthodes, du personnel dédié à la maintenance, aux finances, aux ressources humaines… Le panel est assez large.

"Le contexte économique est favorable pour Manitou"

Ces besoins en compétence répondent-ils en majorité au développement de Manitou ou à des départs ?

Avant tout au développement. Les deux tiers sont des créations de poste. Manitou investit, dans le cadre de sa feuille de route, 80 millions d’euros sur cinq années, avec un objectif de plus de 2,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2025. Par ailleurs, le contexte économique actuel est favorable sur l’ensemble de nos marchés - l’agriculture, la construction et l’industrie - et dans les pays dans lesquels nous sommes présents (Manitou estime la perspective de croissance de son chiffre d’affaires sur l’année 2021 de l’ordre de 20 % par rapport à 2020 et son activité a progressé de 27 % au premier trimestre, NDLR).

Avez-vous déjà lancé une telle campagne de recrutement récemment ?

Une campagne semblable a été initiée voici deux ou trois ans, mais elle n’était pas aussi étendue. C’est la première fois que nous ouvrons le recrutement à autant de métiers différents. Les années précédentes, nous étions focalisés en majorité sur ceux liés à la production. Aujourd’hui des fonctions hors production sont aussi recherchées.

Ce qui a aussi changé est que, précédemment, nous recrutions car nous fonctionnions bien alors que dans le même temps l’activité des autres secteurs n’était pas aussi forte. Aujourd’hui, la reprise se manifeste dans tous les domaines d'activité. Nous ne sommes pas les seuls à avoir de besoin de compétences.

"Une démarche RSE engagée par une entreprise est un critère de choix pour certains candidats"

Il y a donc une vraie difficulté à trouver sur le marché du travail du personnel qualifié ?

Oui, raison pour laquelle nous nous devons continuer d’être attractifs.

Quels arguments avez-vous pour convaincre les candidats ?

Notre politique salariale est assez attractive. Par ailleurs, nous proposons d’autres avantages : un restaurant d’entreprise, un club sportif Manitou regroupant plusieurs sports créant ainsi du lien entre salariés, des places dans le cadre d’une crèche interentreprises, nous participons aux frais de transport… Nous avons également des navettes gratuites au départ de la gare d’Ancenis pour transporter nos collaborateurs jusqu’à notre site.

Je précise que nous n’avons pas attendu le Covid pour mettre en place le télétravail : il est effectif depuis 2018 pour tous ceux dont le poste le permet. Nous nous sommes également engagés très fortement dans une démarche RSE qui est un critère de choix pour certains candidats, notamment les jeunes.

Rencontrez-vous des candidats qui seraient intéressés pour postuler chez Manitou mais ne franchiraient pas le pas faute de trouver un logement ?

Nous accompagnons financièrement à la mobilité les personnes qui viennent de l’extérieur. Puis, nous participons à Action logement, et les mettons en relation avec cet organisme pour qu'elles trouvent un hébergement. Mais je n’ai pas eu de retour sur le fait que le logement soit un frein pour un candidat. Du moins, pas encore.

Ingrid Auvray, DRH de Manitou France.
Ingrid Auvray, DRH de Manitou France. — Photo : Manitou

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail