Pays de la Loire

International

Les Pays de la Loire diversement impactés par les surtaxes douanières américaines

Par Jéromine Doux, le 17 décembre 2019

Dans la région des Pays de la Loire, la hausse des droits de douane aux États-Unis impacte principalement la Loire-Atlantique et le Maine-et-Loire. La Vendée devrait, elle, passer entre les gouttes.

Chiara Danieli est élue à la CCI Nantes-Saint-Nazaire.
Chiara Danieli, élue à la CCI Nantes-Saint-Nazaire, attend une réponse de l'Union européenne, après la hausse des droits de douane imposée par les États-Unis, dans le bras de fer autour de les aides publiques à Airbus et Boeing. — Photo : CCI Nantes-Saint Nazaire

« Les États-Unis sont le deuxième partenaire export dans les Pays de la Loire. Ils pèsent 3,4 milliards d’euros dans la région, indique Yves Brochard, président de Vendée International. Il y a donc forcément un impact. » Le nautisme n’est pas concerné par la hausse des droits de douane décidée par Washington. Une bonne nouvelle, dans la mesure où « il pèse 2,1 milliards d’euros sur les 3,4 milliards évoqués », précise Yves Brochard.

La Vendée plutôt épargnée

Pour l’aéronautique, Airbus et les sous-traitants du territoire sont les plus touchés, tout comme les viticulteurs de Loire-Atlantique et du Maine-et-Loire. « Ce sont les deux départements les plus concernés », assure Yves Brochard.

En Vendée, en revanche, le poids des États-Unis est moindre, les échanges ne pesant que 236 M€. « Même si l’agroalimentaire est impacté, les entreprises, comme Fleury Michon ou Sodebo, n’exportent quasiment pas outre-Atlantique. » L’usine Michelin de La Roche-sur-Yon aurait toutefois été concernée par ces mesures. « L’augmentation des droits de douane sur les pneus a freiné les achats des Etats-Unis et de la Chine. Cela a créé un stock important en Europe, ce qui a probablement percuté un peu Michelin. »

La riposte de l'Europe attendue

Mais selon Yves Brochard, le sud-ouest de la France est le plus concerné par ces mesures, notamment avec les vins de Bordeaux et les grandes laiteries. « La hausse tarifaire touche nos viticulteurs dans une moindre mesure, confirme Chiara Danieli, élue de la CCI Nantes-Saint-Nazaire. Désormais, nous attendons de voir si l’Union européenne riposte, en augmentant elle aussi les droits de douane pour les produits américains. Mais je ne suis pas certaine que ce soit le cas, l’Europe sait qu’une telle augmentation impacterait sa propre économie. »

Chiara Danieli est élue à la CCI Nantes-Saint-Nazaire.
Chiara Danieli, élue à la CCI Nantes-Saint-Nazaire, attend une réponse de l'Union européenne, après la hausse des droits de douane imposée par les États-Unis, dans le bras de fer autour de les aides publiques à Airbus et Boeing. — Photo : CCI Nantes-Saint Nazaire

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Inscrivez-vous pour recevoir la version gratuite de nos newsletters dans votre boîte mail