Loire-Atlantique

Attractivité

Les industriels prévoient trois milliards d’euros d'investissements à Nantes et Saint-Nazaire

Par Amandine Dubiez, le 18 juin 2019

EDF, Les Chantiers de l’Atlantique, Total, Airbus... Les grands industriels locaux prévoient d’investir trois milliards d'euros à Nantes-Saint-Nazaire en 2019. Un chiffre qui va servir d’argumentaire à l’agence Nantes Saint-Nazaire Développement pour attirer entreprises tricolores et groupes étrangers sur le territoire.

Pales d'eolienne
Le projet de parc éolien marin de Saint-Nazaire implique un investissement de 2 milliards d’euros pour EDF en Loire-Atlantique, avec la construction de 80 éoliennes de six mégawatts. — Photo : CC0

Airbus Saint-Nazaire, Total, EDF, Les Chantiers de l’Atlantique mais aussi Man Energy Solutions, Framatome etc. En 2019, ces géants industriels prévoient d’investir trois milliards d’euros au total sur le territoire de Nantes et Saint-Nazaire.

Parc éolien : 2 milliards d’euros investis par EDF

Le plus gros investissement vient d’être confirmé avec le feu vert délivré par le Conseil d’État pour le parc éolien marin de Saint-Nazaire. Pour EDF (3 000 salariés en Pays de la Loire), il implique un investissement de 2 milliards d’euros en Loire-Atlantique avec la construction de 80 éoliennes de six mégawatts. Le projet devrait créer 150 emplois à Saint-Nazaire pour la production des nacelles, 170 emplois à Nantes pour le centre d’ingénierie et 100 emplois pour le centre de maintenance qui prendra place à la Turballe.

Les chantiers de l’Atlantique aussi investissent pour l’éolien mais pas que. Laurent Castaing, directeur général du chantier naval de Saint-Nazaire, a annoncé qu’il débloquait 200 millions d’euros sur les cinq prochaines années, dont un tiers consacré à l’augmentation des capacités de production. « Nous allons recruter 400 personnes cette année », précise le directeur général. Les Chantiers de l’Atlantique, qui s’apprêtent à ouvrir à l’automne leur propre école, avaient déjà recruté 600 personnes en 2018.

Airbus : 100 millions d’euros pour Saint-Nazaire

Airbus Saint-Nazaire augmente aussi son enveloppe d’investissement. Comme son voisin nantais, le site aéronautique prévoit d’investir 100 millions d’euros en 2019, contre 70 millions d’investissements l’an dernier. « Nous fabriquons aujourd'hui 1 000 sections de fuselage, c’était la moitié il y a dix ans », se souvient Jean-Marc Laurent, directeur adjoint du site nazairien qui compte 3 200 salariés.

Il faut ajouter à cette liste l’investissement confirmé de 350 millions d’euros de Total dans sa raffinerie de Donges, mais aussi celui du motoriste Man Energy Solutions (10 millions d'euros par an), sans oublier celui de Framatome qui va injecter 18 millions d’euros pour moderniser son site de production à Paimbœuf.

Faire de Nantes une capitale européenne

Ce dynamisme économique industriel, c’est l’un des arguments qui sera mis en avant dans la nouvelle campagne de communication "Meet The Challenge", imaginée par B Side et lancée le 19 juin par Nantes Saint-Nazaire Développement, l’agence de développement économique chargée d’aider des entreprises à s’implanter sur le territoire.

En 2018, près de 80 avaient choisi de s’implanter à Nantes et Saint-Nazaire. L’objectif reste de dépasser la barre des 100 nouveaux venus avec parmi eux des sièges sociaux d’entreprises à capitaux étrangers. Car c’est clairement ce qui manque à la ville pour prendre une dimension européenne. Pour Johanna Rolland, présidente de Nantes Métropole, « la compétition en termes d’attractivité ne se joue pas avec Rennes, Bordeaux ou les métropoles françaises, elle est plutôt européenne. »

Pales d'eolienne
Le projet de parc éolien marin de Saint-Nazaire implique un investissement de 2 milliards d’euros pour EDF en Loire-Atlantique, avec la construction de 80 éoliennes de six mégawatts. — Photo : CC0

Poursuivez votre lecture

-30% sur l’offre premium

Abonnez-vous Recevez le magazine imprimé
tous les mois

Voir les offres d'abonnement

Newsletter

Recevez chaque vendredi le Débrief, l'essentiel de l'actualité économique de votre région.