Pays de la Loire

Naval

Les cotraitants des chantiers navals restent prudents vis-à-vis de Fincantieri

Par la rédaction, le 02 octobre 2017

Elles avaient demandé une petite part du capital. Les entreprises cotraitantes des chantiers navals ont obtenu 3,66% des parts du capital des Chantiers de l'Atlantique. Mais elles attendent d’en savoir plus sur les contours de cette collaboration avec Fincantieri avant de s’engager.

Photo : Stéphane Vandangeon Le journal des Entreprises

Elles demandaient depuis des mois, avec l’appui de Bruno Retailleau, d’avoir une petite part du capital des chantiers navals. C’est désormais chose faite. Bruno Le Maire l’a confirmé ce jeudi, lors de sa visite sur les chantiers navals de Saint-Nazaire. Les PME sous-traitantes des chantiers navals qui le souhaitent pourront bien s’engager à hauteur de 3,66% du capital des chantiers navals. Quelle entreprise est intéressée ? Qui prendra part à ce partenariat ? 

« Est-ce que Fincantieri aura à cœur de travailler avec nous ? »

Depuis l’annonce faite mercredi, aucune de ces PME ne s’est manifesté. Elles attendent d’en savoir plus sur les contours concrets de ce pacte avant de s’engager. « Cet accord est une bonne chose. En revanche on attend de savoir comment fonctionnera ce partenariat. Est-ce que Fincantieri aura à cœur de travailler avec nous, et de quelle manière ? dans quel état d'esprit arrive-t-il ? » se demande l’un d’eux. Et surtout, le constructeur italien est-il prêt à laisser une place aux cotraitants au sein du conseil d’administration ? C’est LA question qui reste pour le moment en suspens.
 
Si les salariés des chantiers ont bien obtenu, eux, leur place autour de la table, avec une participation moindre (2%), le sujet n’a pas été abordé avec les cotraitants. « On est dans l’inconnu, on attend le pacte d’actionnariat complet», précise l’un d’eux qui veut rester prudent. Cette entrée au capital, c’est avant tout une manière, pour les cotraitants, de rester informés des décisions stratégiques prises afin de préserver l’avenir à long terme des chantiers navals de Saint-Nazaire et accompagner les entreprises qui travaillent avec. 

S'il se confirme, l'engagement de la part des PME ligériennes devrait se concrétiser par la création d’une société commune qui réunirait l’ensemble des cotraitants engagés dans le pacte.

Poursuivez votre lecture

Plus de Newsletters

Déjà abonné à une newsletter gratuite ? Inscrivez-vous ici à une autre édition